Tourisme durable

Varanasi, sacré voyage au bord du Gange !

27 Septembre 2022 - Culture / Patrimoine

On dit que c’est une ville aussi vieille que le monde, et que les dieux sont partout. C’est sans aucun doute l'un des lieux les plus saints de l'hindouisme. Et pour le visiteur, un endroit hors du commun en Inde du Nord, offrant un voyage initiatique au terme duquel il en ressort secoué, et peut-être plus sage.

 

© Flickr CC Ninaria
© Flickr CC Ninaria

 

Varanasi, plus connue en français sous le nom de Bénarès, se déploie le long du Gange, dans la province de l’Uttar Pradesh. Aujourd’hui, même polluées par l'activité moderne, les eaux du fleuve mythique gardent le pouvoir de purifier les corps et les âmes.

 

Des siècles de prières ferventes


Pourquoi le Gange est-il sacré ? Nées dans la chevelure du dieu Shiva, ses eaux seraient dotées du pouvoir de laver tous les péchés d'une vie. Pour les hindous, mourir à Varanasi, ou faire disperser ses cendres dans les eaux du Gange, revient à atteindre le moksha qui vous libère du samsara, ce cycle infernal des réincarnations auquel sont soumis tous les êtres. Pour qu’enfin l’âme s’approche du nirvana, on peut mener une vie d’ascèse et de pèlerinages. Mais c’est seulement en poussant son dernier soupir sur les rives du Gange, à Varanasi, que l’individu peut accéder au but ultime.

 

Famille indienne dans les eaux du Gange à l’aube © Sophie Squillace
Famille indienne dans les eaux du Gange à l’aube © Sophie Squillace

 

 


A lire aussi : 
-  10 Conseils pour réussir son premier voyage en Inde


 

Chaque matin, le spectacle est le même. Les hommes et les femmes s’immergent dans les eaux du Gange, participant ainsi au décor éternel de cette ville où toutes les couleurs s’entremêlent. Celles des vêtements et saris, des palais décrépis et des nombreux temples.
A l’aube, on grimpe à bord d’une petite embarcation sur le Gange pour assister aux ablutions rituelles et admirer cet unique enchevêtrement de bâtiments de différentes époques qui s’étend sur près de 10 km. Dès le IIème millénaire avant notre ère, la cité était déjà un grand centre religieux et philosophique. Tout le monde voulait y bâtir son palais sur le Gange.

 

Imbroglio de constructions, temples et palais devant le fleuve sacré © Flickr CC Ninaria
Imbroglio de constructions, temples et palais devant le fleuve sacré © Flickr CC Ninaria

 

Le voyageur est forcé de se perdre dans le labyrinthe de ruelles de la ville, entre les vaches nonchalantes, les statues de Ganesh et les vendeurs de soie et de fleurs. Comme partout en Inde, c’est le festival des parfums. Ici, ça sent la mort, la rose, l’urine et le jasmin. On est au-delà du pittoresque, on plonge dans la réalité brute, celle qui titille ou agresse tous les sens.

 

Scène de vie quotidienne à Varanasi © Sophie Squillace
Scène de vie quotidienne à Varanasi © Sophie Squillace

 

 

Sur les rives du fleuve


Habitants et pèlerins confondus se réunissent sur les ghats, les marches menant aux rives du fleuve, pour rendre hommage à la déesse Ganga - déesse du Gange. Salutation au soleil et bain purificateur, ils en profitent pour se laver la chevelure ou se frictionner avec du savon, d’autres simplement pour déposer des offrandes à la surface de l’eau.

© Laurent Bonnet
© Laurent Bonnet

 

 


A lire aussi : 
-  5 Treks confidentiels en Inde du Nord


 

En haut des ghats, prêtres et gourous cherchent un peu d’ombre, certains méditent au milieu des enfants rieurs et des barbiers de rue. On croise beaucoup de sadhus, ces ascètes errants à l’air hagard et au corps blanchi de cendres.
Chaque soir se déroule l’aarti. Rituel ensorcelant marqué par les odeurs d’encens, les bougies flottantes à la surface de l’eau, et les rythmes de la musique et des chants sacrés. A quelques pas de l’effervescence ordinaire de la vie, sur Manikarnika, le ghat des crémations, les flammes des bûchers funéraires continuent de brûler jour et nuit, depuis des millénaires, dans un calme étonnant. Ici, la mort fait partie de la vie.

 

Les personnages hauts en couleurs sur les ghats de la ville ©Sophie Squillace
Les personnages hauts en couleurs sur les ghats de la ville © Sophie Squillace

 

Difficile lors d’un passage à Varanasi d'appréhender une culture aussi complexe que celle de l'Inde, d’en comprendre tous ses codes. Et toutes ses contradictions aussi. C’est une initiation ! Prendre le temps de s’asseoir face au fleuve, observer l’effervescence de vie humaine, être attentif et disponible pour chaque rencontre. S’enrichir de l’altérité en somme.

Passé le premier choc sensoriel que provoque une visite de Varanasi, on a forcément envie d’en savoir plus, pour comprendre. Et si être voyageur responsable, c’était avant tout de vouloir découvrir l’ailleurs en profondeur ?

 


Aller plus loin : 
-  10 itinéraires à découvrir pour un voyage en Inde pas comme les autres


 

Flickr CC Ninaria
© Flickr CC Ninaria