À (re)découvrir

Taïwan : dans les secrets des temples de Tainan

27 Novembre 2021 - Culture / Histoire / Patrimoine

L’île au large de la Chine continentale, occupée aux deux tiers par les montagnes, est préservée du tourisme de masse. En ville ou dans la nature, le dépaysement est assuré, avec une hospitalité rare, les Taïwanais accueillant toujours les voyageurs étrangers avec plaisir. Côté culture, Taïwan regorge de temples taoïstes et bouddhistes - Tainan en offre la plus grande concentration du pays !

 

 

taiwan_1_temple_tainan
À l'intérieur d'un temple de Tainan ©Aurélie Croiziers

 

 

Tainan et ses temples
 

Appréciée pour ses agréables ruelles, ses échoppes traditionnelles et ses maisons bien conservées, la ville a su rester à échelle humaine. Tainan, littéralement terrasse du sud, est choisie comme la première capitale de l’île au XVIIème siècle par les Néerlandais qui y établissent un port. Elle garde son titre de capitale jusqu’au XIXème siècle. Tainan est aujourd’hui la plus ancienne et la quatrième plus grande ville de Taïwan.

Les 1600 temples de Tainan, parfaitement préservés, sont un superbe témoignage de la culture chinoise traditionnelle. De nombreux Taïwanais pieux et de rares touristes s’y pressent.
Ornés de décorations en bois, pierre, argile ou céramique, les temples taïwanais ne sont pas seulement des sites de prière mais des lieux de commémoration et des sanctuaires. Parmi les incontournables de Tainan, citons le temple de Confucius datant de 1665 ; le temple de Kuanti, où l’on procédait à des rites en hommage au dieu de la guerre ; le temple de la Grande Impératrice Céleste, qui possèderait les plus belles sculptures de tout Taïwan ; ou enfin le temple de Wufei, consacré aux cinq concubines qui préférèrent se suicider avec leur prince que de se soumettre à la nouvelle dynastie Ch’ing.

 

 

taiwan_2_decoration_temple
Détail de décoration d'un temple ©Aurélie Croiziers

 

 

Les mystères du divin taïwanais
 

À Tainan comme dans tout Taïwan, les temples sont à chaque coin de rue. Qu’ils soient réputés ou anonymes, les temples de Tainan sont tous en activité. Se poser dans l’un d’eux, flâner de temple en temple ou s’étonner du temps qui s’allonge en observant les habitants prier est le meilleur programme pour découvrir l’ancienne capitale.

Dans les volutes d’encens, le voyageur apprend à quel point les Taïwanais sont superstitieux. Lancer des morceaux en bois en forme de croissant de lune au sol est l’une des façons les plus populaires de s’adresser aux dieux. Il s’agit de blocs divinatoires. Ils sont lancés de manière très codifiée pour interpréter le message qui leur est associé. Le cliquetis des blocs de bois heurtant le sol est le son qui accompagne toute visite de temple. Le septième mois lunaire, qui tombe souvent en août, est "le mois des fantômes".
Simple fête agricole d’origine Han, reprise par le bouddhisme et le taoïsme, c’est aujourd’hui une célébration en l'honneur des esprits défunts. Ces derniers reviendraient sur Terre pendant cette période. Il est alors fréquent de croiser des moines coiffés de bonnets rouges surmontés de couronnes dorées et "armés" d’une corde. En psalmodiant, les moines font tournoyer et claquer la corde autour des fidèles, au milieu de nuages d’encens et de branches de gui agitées par d’autres dévots. Ces impressionnantes cérémonies ont pour but de faire fuir les âmes errantes venues tourmenter les vivants… car tout Taïwanais croit aux fantômes !

 

 

taiwan_3_temple_toit
Détail d'un toit de temple ©Aurélie Croiziers

 

 

La nature aussi a ses secrets
 

Aux alentours de Tainan, une nature foisonnante s’offre aux voyageurs. Taïwan est un véritable paradis pour les amoureux de la nature et la protection de l’environnement est une priorité pour l’île. De nombreux projets en témoignent : la création récente de nouvelles réserves naturelles, le développement de l’agriculture biologique ou la préservation des espèces endémiques. L’isolement géographique précoce de Taïwan a entraîné un niveau d’endémisme élevé. Un exemple parmi d’autres : sur les 400 espèces de papillons présentes sur l’île, 50 sont endémiques ! Un institut de recherche sur les espèces endémiques à Taïwan a été créé pour mieux les protéger et apprendre à les connaître.

 

 

taiwan_4_papillon
Un papillon de Taïwan ©Aurélie Croiziers

 

 

Une culture plurimillénaire, une spiritualité vivante, une nature préservée, un sens de l’accueil hors du commun… Taïwan regorge de trésors qui sauront charmer les voyageurs curieux !