Actualité

Parcs naturels régionaux : la France de demain ?

24 Novembre 2020 - Actualité / Biodiversité / Labels / Nature / Patrimoine / Préservation

Depuis quelques années, les Parcs naturels régionaux se multiplient dans notre pays. Ils couvrent déjà un cinquième du territoire et, outre leur fonction de protection des patrimoines naturels, ils offrent un cadre de vie et une dynamique qui séduit de plus en plus de néo-ruraux. D’où leur succès et les premières problématiques accompagnant toute réussite...

 

france_pnr_1_montagne

 


Pour la première fois cette année, au début de l’été, les Parcs naturels régionaux (PNR) ont été victimes de leur succès. En Chartreuse, le parking de la cascade de Saint-Même s’est vu débordé au point qu’il a fallu fermer plusieurs petites routes pour éviter l’anarchie... Il faut dire que nous étions en plein déconfinement et que 67 millions d’individus n’aspiraient qu’à une chose : prendre l’air !

 

 

Un statut unique et privilégié
 

Or si très peu de personnes font la différence entre Parc national et Parc naturel régional, celle-ci est pourtant considérable. Un Parc national est un lieu naturel « sauvage », préservé au moyen d’une batterie de règlements et d’interdictions. Un PNR est certes un espace géographique naturel de caractère, mais on y trouve également des maisons, des villages et des... entreprises. Sans aucune restriction légale ! C’est juste la France rurale, où l’on mène une vie tout à fait "normale". Pourquoi alors les PNR se multiplient-ils à l’envi ? Si le premier fut créé en 1967, ils sont à présent 56, couvrant presque 20% du territoire, 4700 communes pour 4,4 millions d’habitants et 15 nouveaux projets sont à l’étude !
 

En réalité, ce succès ne doit rien au hasard et tient à la nature même du statut particulier des parcs régionaux. Comme l’explique Stéphane Adam, chargé du développement économique, social et touristique à la fédération des PNR : « 5 grandes missions nous incombent : protection du patrimoine naturel et culturel ; accueil, information et éducation du public ; contribution à l’aménagement du territoire, contribution au développement économique et à la qualité de vie des habitants et enfin : expérimentation et contribution à des programmes de recherche ».


 

france_pnr_2_champs

 


"Une autre vie s’invente ici"


Tel est le slogan associé aux PNR. Et, de fait, le tissu économique des parcs est aujourd’hui dominé par une forte proportion de petites et très petites entreprises des secteurs de l’agriculture, du tourisme, des loisirs et de l’artisanat : l’appui au développement de ces activités constitue au quotidien l’une des missions principales conduites par les petites équipes des PNR, 2200 agents territoriaux pour l’ensemble du pays.

 


Car si la France fait partie des nations où l’exode urbain naissant est le plus marqué et, il a explosé durant l’été 2020, c’est majoritairement dans les PNR que s’installent ces néo-ruraux avides d’inventer le fameux « monde d’après ». Apiculteurs, guides, restaurateurs, passionnés de vélo ou de permaculture, ils sont pour la plupart porteurs de projets innovants et... attractifs. Et avec l’évolution actuelle du tourisme via les réseaux sociaux, ils sont devenus les grands ambassadeurs de ces petits coins de campagne « authentiques » que tout le monde recherche.

 

 

Un puissant atout touristique
 

« Les parcs, nationaux ou régionaux attirent une clientèle croissante d’amateurs de nature, explique Julien Auray au Comité Régional du Tourisme de la région Sud. Par le biais de la randonnée et du tourisme de proximité, notamment. Notre région a la chance de compter 9 PNR (record national) ; ce qui nous aide beaucoup à attirer des visiteurs hors saison ou venant de l’étranger. Une clientèle qui recherche des rencontres vraies et enrichissantes et que nous satisfaisons en nous appuyant sur les prestataires qui bénéficient de la marque "Valeurs PNR". C’est ainsi que, peu à peu, un véritable écotourisme prend forme ».

 

Si ce « slow-tourisme » n’en est encore qu’à ses débuts, à l’image des PNR, il se trouve en résonnance parfaite avec les besoins de l’époque et devrait donc prospérer. « Plus que d’un simple shoot de nature, c’est d’activités et de rencontres qui vous changent positivement dont les gens sont désormais en quête, analyse Guillaume Cromer, conseiller en tourisme accompagnant la fédération dans la structuration de son offre touristique. Ici, la rencontre est mise au cœur de l’expérience via des « produits » qualitatifs référencés sous la marque : "Valeurs PNR". Car les PNR ne sont pas que beaux. Ils sont habités par des gens inspirants, dynamiques et engagés qui proposent une autre relation à la nature, à la vie. On y trouve donc un imaginaire complet. Qui plaît de plus en plus ». Aux visiteurs (on l’a vu en début d’article), mais aussi aux collectivités locales puisque selon une étude récente, 1€ investi dans un PNR entrainerait 5 à 8 € de retombées économiques !

 

france_pnr_3_carte

 

Mais gare : trop de PNR, si les 15 projets se réalisent, ils couvriront alors le quart du territoire national, ne risquent-ils pas de tuer la belle atmosphère PNR ? « C’est une vraie question » répond Guillaume Cromer.

 


À lire aussi


Les 10 commandements du randonneur durable
À la découverte des parcs protégés de Catalogne
À la découverte du Parc National des Ladoga Skerries en Carélie
Les parcs nationaux de Mongolie choisissent la voie de l'écotourisme