Tourisme durable

Népal, sur le chemin de la résilience

30 Janvier 2024 - Culture / Initiatives

Dans un pays où les conditions de vie des femmes sont très difficiles, un commerce très lucratif se développe : le trafic d’êtres humains. Depuis Katmandou, l’agence de voyage Sasane a une immense mission : redonner de l’espoir aux victimes et les aider à se réintégrer dans la société népalaise grâce au tourisme.

 

Guides Sasane diplômées © Sasane
Guides Sasane diplômées © Sasane

 

Derrière l'Himalaya et ses paysages idylliques, le Népal est touché par une réalité très sombre : le trafic d’êtres humains. Cet esclavage moderne touche principalement les femmes et les enfants, exploités sexuellement chaque année des campagnes vers la capitale, Katmandou, ainsi que du Népal vers l’Inde. On estime à environ 15 000 par an le nombre de femmes et d’enfants trafiqués vers l’Inde pour la prostitution, à 20 000 les jeunes filles exploitées sexuellement à Katmandou.

Avec leur slogan “we are the sisterhood of the survivors” que l’on peut traduire par “nous sommes les sœurs des survivantes”, Sasane permet chaque année à des femmes de trouver un travail à impact positif ! C’est alors tout un monde qui change. Une nouvelle vie qui s’annonce, soutenue directement par les voyageurs se rendant au Népal.

 

L’association Samrakshak Samuha Nepal © Sasane
L’association Samrakshak Samuha Nepal © Sasane


 


Le tourisme pour se réapproprier sa vie


En 2008, des victimes de trafic humain créent l’ONG Samrakshak Samuha, “groupe de protecteurs” en hindi, pour venir en aide aux femmes vulnérables, à Katmandou, puis à Pokhara et dans plusieurs villages de montagne. A partir de 2016, parallèlement à l’association, l’agence de voyage Sasane Sisterhoood Trekking and Travel est créée pour développer des actions de formation et offrir des perspectives d’emploi dans un secteur dynamique.

Chaque année, Sasane dirige un programme de formation au tourisme. Une fois leur diplôme en poche, les femmes peuvent travailler dans des hôtels, restaurants, agences de voyages. Certaines ont même ouvert un hébergement dans leur village d’origine. Et quelques-unes sont devenue guides de trek. L’entreprise sociale et solidaire est reconnue pour ses actions. Cette année, au salon du tourisme de Berlin, l’équipe a reçu un To Do Awards pour sa défense des droits humains dans le secteur touristique.

 

Les guides de Trek de Sasane © Sasane
Les guides de Trek de Sasane © Sasane

 

Le sujet du trafic humain et sexuel est sensible au Népal. Redonner de la dignité aux victimes est un défi de taille dans un pays pauvre, où peu de moyens sont consacrés à cette lutte. Une des priorités de Sasane est de redonner confiance et sécurité aux survivantes. Comme le souligne la co-fondatrice, Jeny Pokharel, les filles sont passées par des épreuves qu’on ne peut imaginer. Leur force et leur courage sont immenses. Être fière de soi et se sentir utile est un moyen de trouver une certaine résilience.

 

sur le même thème :
- Un plan courageux du secteur hôtelier s’attaque à l’esclavage moderne
- Repenser le volontariat à l'étranger

 

Soutenir les femmes guides au Népal


Des vies entières ont été reconstruites, comme celle de Sitasma Gurung, qui, après avoir vécu l’horreur, a suivi la formation pour obtenir sa licence de guide. Armée de nouvelles compétences et d’un emploi, elle s’occupe d’activités culturelles à la journée à Katmandou.

 

Confection de momos, raviolis tibétains avec un groupe © Sasane
Confection de momos, raviolis tibétains avec un groupe © Sasane

 

Aujourd’hui, Sitasma confie adorer les rencontres avec des personnes venues des quatre coins du monde, échanger sur les cultures et les histoires que tout oppose, partager des moments de joie et de bienveillance. Un code éthique est formulé au début du voyage, pour que les touristes comprennent le contexte et les enjeux. Pour que les filles se sentent en confiance et en sécurité.

Les parcours comme celui de Sitasma donnent de l'espoir aux autres victimes. Depuis 2016, Sasane a aidé et transformé la vie de 371 femmes grâce à ses actions, 31 d’entre elles, avant la crise du Covid-19, ont officiellement été certifiées guides touristiques.

En étant guides dans leurs villages ou en ville, les femmes ne sont plus stigmatisées par leur communauté. Elles reçoivent enfin le respect qu’elles méritent pour se reconstruire. Parallèlement, le Népal a instauré au printemps 2023 une nouvelle réglementation pour encourager la création d’emplois. Sur la majorité des itinéraires de trek, les services d’un guide local sont obligatoires, même pour les voyageurs indépendants. A quand une femme guide de Sasane sur les chemins des Annapurna ?

 

Trek dans les environs de Katmandou © Sasane
Trek dans les environs de Katmandou © Sasane