Actualité

Népal, mythique Annapurna

18 Octobre 2021 - Nature

Parmi les géants de l’Himalaya, l’Annapurna occupe une place particulière. Conquis en 1950 par Herzog et Lachenal, il fut le premier 8000 gravi par l’homme. Plongée dans le Népal mythique et contemporain, entre les récits des grands alpinistes et ce que le randonneur pourra en percevoir aujourd’hui.

 

 

nepal_1_annapurna
Vue sur l'Annapurna depuis l'Himlung Himal ©Wikimedia Commons

 

 

La fascination exercée par la vision des sommets himalayens et par les épisodes héroïques de leur conquête attire de nombreux randonneurs au Népal. L’Annapurna est un bel exemple, avec son circuit emblématique qui contourne le massif et offre des vues spectaculaires vers les pics et les glaciers. Le "tour des Annapurnas" permet de se rapprocher au plus près des sommets, là où s’est inscrite une des pages essentielles de l’himalayisme.

 

Annapurna, premier 8000
 

Le 3 juin 1950, après avoir atteint le sommet de l’Annapurna, suspendu à 8 091 mètres d’altitude, les pieds et les mains gelés, la cordée Herzog-Lachenal doit rebrousser chemin et débuter une descente infernale, en pleine tempête, dans de monstrueuses pentes à avalanches, pendant des semaines. Le mythe himalayen est né.


 

 

Combien de randonneurs ou de simples voyageurs ont-ils découvert l’Himalaya dans les pages du livre "Annapurna, premier 8000" ? Véritable roman d’aventure, premier best-seller de la littérature de montagne, le livre de Maurice Herzog est toujours vendu dans les librairies de Katmandou, plus de 70 ans après le premier exploit. La photo de couverture avec Herzog au sommet, brandissant un fanion tricolore au bout de son piolet a fait le tour du monde. La France se découvrait un héros, au détriment de ses compagnons. Car autour du chef d’expédition Herzog, l’épopée a réuni trois hommes d’exception : Louis Lachenal, Lionel Terray et Gaston Rebuffat, guides de Chamonix, parmi les meilleurs alpinistes de l’époque.

 

 

nepal_2_lachenal_terray
Lachenal et Terray lors de leur arrivée à Orly ©Rue des Archives_AGIP

 

 

Au-delà des récits héroïques d’alpinisme, pour saisir la passion qui anime ces hommes des cimes, il faut lire absolument le livre de Lionel Terray, "Les Conquérants de l’inutile", publié dans une magnifique collection des Editions Guérin.

 

Sur les chemins des Annapurnas
 

L'Annapurna est une montagne peu gravie, dangereuse par son versant nord, difficile par son versant sud. Aujourd’hui, elle possède toujours une aura à part, différente de l'Everest où les ascensions se sont banalisées.

 

Souvent vécu comme première découverte du Népal, le tour des Annapurnas est le trek le plus emblématique du pays. Certains le surnomment même le "plus beau trek du monde". Ce qui est sûr, c’est que ce trek, qui se décline en une vingtaine de jours, offre aux randonneurs une mosaïque d’ethnies, une grande variété de paysages, un défi personnel, une expérience extraordinaire en somme.

Au-delà du rêve d’alpinisme, c’est une immersion intense dans une impressionnante géographie : des rizières verdoyantes de fond de vallée aux déserts d’altitude. Traverser les forêts de rhododendrons géants, en fleurs au printemps, et avec toujours en toile de fond ces montagnes géantes culminant à plus de 8000 mètres : l’Annapurna bien sûr mais aussi le Manaslu et le Dhaulagiri.

 

 

nepal_3_chemin
Tour des Annapurnas, chemin vers Chame ©Shutterstock

 

 

Remonter la vallée de la Marsyangdi, se frayer un chemin entre les cols du versant nord et trouver la rivière Kali Gandaki de l’autre côté. Depuis Besisahar, l’arrivée dans le village de Manang marque la frontière naturelle entre le haut-plateau tibétain au nord et les vallées cultivées des collines népalaises de basse altitude au sud. De l’autre côté du col du Thorong-La à 5 410 mètres d’altitude, une vallée minérale et lunaire s’ouvre à l’infini : le Mustang.

 

Nouvelles routes, nouveaux enjeux
 

La région vit une nouvelle ère, avec l'avancée des routes et des pistes qui transforment en profondeur la vie des villages. Les sentiers franchissant crêtes et cols, parfois en balcon ou en zig-zag, ont aujourd’hui bien changé. La piste carrossable est désormais tracée sur presque l’intégralité du circuit classique des Annapurnas.

 

 

nepal_4_manang
Route vers Manang - Népal ©KTM Post

 

 

Heureusement, le passage de Manang à Muktinath par le fameux Thorong-La reste invariablement au fil des décennies une grande aventure.

Même s’il est de moins en moins parcouru dans son intégralité depuis l’extension des pistes, le grand tour historique des Annapurnas est revisitable à l’envie grâce à ses nombreuses variantes. Ainsi, il ne faut pas monter directement vers Manang, mais flâner en montant vers des villages d'où l’on a une vue superbe sur le massif des Annapurnas, avec une bonne acclimatation à l'altitude à la clé. De Manang, on peut aussi faire un détour vers le lac de Tilicho, une pure merveille. Enfin, de l’autre côté du Thorong-La, malgré l’arrivée de la route jusqu’au site sacré de Muktinath, la vallée de la Kali Gandaki reste intéressante à parcourir sur les variantes, dès qu’il est possible de prendre des chemins de traverse.

Aujourd’hui, avec ou sans guide ni porteur, de manière indépendante ou avec l’accompagnement d’une agence de trek, la motivation est la même : approcher, contempler et s’émerveiller devant la haute montagne.