Tourisme durable

Nara, un condensé du Japon

07 Mai 2021 - Art / Culture / Gastronomie / Patrimoine

L’ancienne capitale nichée au cœur des montagnes constitue une étape d’une tonifiante escapade loin des foules de Kyoto ou d'Osaka, qui sont à moins d'une heure en train.

 

Promenade architecturale à Naramachi

 

À 15 minutes de la gare Kintetsu-Nara, les ruelles étroites de la première capitale impériale fixe du Japon de 710 à 784 invitent à la flânerie, avec ses maisons traditionnelles aux façades de bois ajourées, dont les plus anciennes remontent à l’époque d’Edo. Le quartier des marchands de la vieille ville s’apprécie le matin, lorsque des groupes d’écoliers réveillent les lieux. D’anciennes fabriques de soja et des ateliers d’artisans continuent d’habiter l’endroit ; certains ont laissé place à de jolis cafés où admirer les patios intérieurs. Nara doit aussi son charme au millier de cerfs en liberté qui se baladent dans son parc et son centre-ville.

 

 

japon_nara_1_naramachi
Ruelle de Naramachi ©Mitsu

 

 

L’art de la méditation zen

 

Gango-ji fait partie des grands temples historiques de l’ancienne capitale, classés au patrimoine mondial de l’Unesco. On dit même que c'est dans ce temple qu'a été fondé le bouddhisme japonais.

 

 

japon_nara_2_temple_gango-ji
Entrée du temple Gango-ji ©Mitsu

 

 

L’imposant complexe dominait autrefois le quartier de Naramachi. La porte de l’Est et quelques bâtiments conservés rappellent aujourd’hui les fastes passés du temple. Les statues de Bouddha de la salle zen font partie des trésors nationaux du Japon. Sur réservation, sa salle de méditation s’ouvre aux visiteurs. Lorsque retentissent les claves du moine, les paupières se ferment pour quelques minutes de voyage intérieur.

 

 

japon_nara_3_meditation
Méditation zen au temple Gango-ji ©Mitsu

 

 

Tofu, délice végétarien

 

La gastronomie de la région est teintée d’influences bouddhistes : celles-ci se lisent dans les nombreux plats végétariens à base de tofu, importé de Chine via la route de la soie. Soyeux, saupoudré de sésame ou encore mariné, il agrémente les bento d’Harishin, inspirés des boîtes-repas qu’achetaient les voyageurs dans les auberges jalonnant l’ancienne voie de pèlerinage, où se situe le restaurant. Ce restaurant vieux de 130 ans, tenu par la 6ème génération de propriétaire, propose le Yudofu, un tofu bouilli, grande spécialité de Nara.

 

 

japon_nara_4_gastronomie
Gastronomie inspirée de la cuisine bouddhiste, restaurant Harishin ©Mitsu

 

 

pratique
 

- Se déplacer : La ligne Kintetsu Limited Express dessert Osaka, Nara et Kyoto
- Déguster : Harishin, 15 Nakashinya-cho, Nara