Actualité

L'Ouzbékistan, joyau de l’Asie Centrale

21 Juin 2021 - Culture / Histoire

Il y a des noms de pays qui font plus ou moins rêver et ceux qui finissent en “-stan”, là-bas, quelque part à l'est de l’Europe, en font partie. Parmi eux, l'Ouzbékistan est peut-être celui qui concentre le plus de légendes et de grandes histoires avec ses longues caravanes de chameaux remplies de joyaux, sans oublier des vestiges d'une beauté sans égale qui ont traversé les siècles.

 

ouzbekistan_1_medersa
La porte d'une médersa donnant sur la place du Reghistan à Samarcande ©Olivier Caillaud

 

 

Le pays est un peu moins vaste que la France métropolitaine mais compte surtout deux fois moins d'habitants, d'où cette sensation de traverser un désert sans fin dès la sortie de la capitale Tachkent. Direction plein ouest vers la petite ville de Khiva, tout près du Turkménistan et non loin de la mer d'Aral, ou tout du moins ce qu'il en reste. Le trajet peut se faire en voiture, sur une longue route goudronnée parsemée de quelques trous, en avion ou en train avec l’aéroport et la gare toute neuve d’Ourguentch à une trentaine de kilomètres. Khiva est un petit joyau où la vieille ville "Itchan Kala" est protégée par une grande muraille d'une dizaine de mètres de hauteur qui rend la visite encore plus excitante.

 

 

ouzbekistan_2_itchan_kala
Le mur d'enceinte à Khiva qui entoure le quartier d'Itchan Kala, le centre historique de Khiva ©Olivier Caillaud

 

 

Entre les photos en noir et blanc du musée de l’Ancien Khorezm datant de la fin du XIXème siècle et aujourd'hui... pas beaucoup de changements. D’ailleurs la cité est classée au patrimoine mondial de l'Unesco. La superbe Mosquée du vendredi et son minaret sont de toute beauté, à ne pas manquer. Le soir, il faut se promener sur les remparts pour admirer le coucher de soleil et cette cité qui échappa à l'invasion d'Alexandre le Grand. Un conseil, réservez vos nuitées dans l'enceinte de la vieille ville pour être au plus près de l'ambiance historique.

 

 

ouzbekistan_3_kalta_minor
Kalta Minor à Khiva dans la vieille ville. Ce minaret devait être le plus grand du monde musulman avec ses 70 mètres mais sa construction s'acheva avant à... 26 mètres ©Olivier Caillaud

 

 

Après ce petit trésor d'architecture, place à la nature et la rencontre avec des bergers, dans le petit village perdu de Sentob niché dans la montagne de Nourata. Ici vivent en harmonie des Ouzbeks, mais aussi des Tadjiks et des Kirghiz ayant tous le sens du labeur. Il n'a pas été facile de transformer ce bout de terre en une oasis de verdure et d’abondance. Une petite rivière descend de là-haut et nourrit tout le village grâce à un ingénieux canal d'irrigation. Les arbres fruitiers côtoient les vaches en liberté et les magnifiques asphodèles, fleurs de montagnes, viennent sublimer ce paysage paradisiaque. Komil, le propriétaire de la chambre d'hôte, est confortablement assis sur la tapchan, ce grand lit traditionnel où la famille mange et se repose. Il empoigne sa cithare et chante au bonheur d'être ici...

 

 

ouzbekistan_4_sentob
Un jeune berger accompagnant ses ânes qui transportent du fourrage ©Olivier Caillaud

 

 

Retour à la ville mais pas n'importe laquelle, Boukhara et ses belles médersas, écoles d'enseignement supérieur, ou encore son magnifique caravansérail qui ont résisté à tous les envahisseurs : Gengis Khan, les Arabes, les Perses ou les Russes. La célèbre route de la soie est passée ici-même, et cela donne encore plus de piment à cette fabuleuse rencontre. Toute de bleu vêtue, cette ville-symbole est un enchantement grâce à ses monuments prestigieux comme les mausolées d'Ismaïl Samani et de Tchachma Ayoub, la citadelle d'Ark et les marchés reconnaissables par leur Tok, ces ensembles de coupoles marchandes. Et pour vous remettre de ces émotions, un petit tour au hammam local dans le quartier de Poï Kalian est une bonne idée.

 

 

ouzbekistan_5_mir_arab
La place de la médersa Mir-i-Arab, une de ses plus prestigieuses du pays avec, en face, le minaret Kaylan... ©Olivier Caillaud

 

 

Dernier tour de volant vers l'ancienne capitale Samarcande qui à elle seule résume la grande épopée de ce pays, mais aussi de cette immense région d'Asie Centrale qui, sous le règne du héros national Tamerlan, s'étendait de la Turquie à l'Inde. La place du Reghistan avec ses trois médersas, la nécropole de Chakh i Zinda et la branlante mosquée Bibi Khannoun sont immanquables pour mieux comprendre l'importance de la ville. Et à côté de ces lieux touristiques se cache le Pilaf Center Shavkat, un restaurant seulement connu des locaux qui raffolent de ce plat traditionnel d’Asie centrale.

Ce pays qui a longtemps été à l’ombre de l’Union Soviétique s’ouvre au tourisme depuis peu… une chance de retrouver tous ses trésors qui restaient jusqu’alors enfermés dans les livres ! Un conte de fée qui devient réalité.