Actualité

Le chemin de la Cité Perdue

04 Février 2021 - Culture / Histoire / Nature / Patrimoine

Au cœur de la jungle colombienne, dans la Sierra Nevada de Santa Marta, une randonnée mène à la Ciudad Perdida. Elle s'impose de plus en plus comme un incontournable, en Amérique du Sud.


Perdue pour les envahisseurs venus de l'autre côté de l'océan, mais pas pour les Indiens qui ont toujours connu l'existence de ces ruines emmitouflées de jungle. Et ils se sont bien gardés d'en révéler l'existence. Ce n'est qu'en 1976, que l'homme blanc « découvre » le site quand deux pilleurs de tombes qui remontaient le Buritaca, tombent complètement par hasard sur d'intrigantes marches de pierre partant à l'assaut de la montagne. Le cœur battant la chamade, ils suivent le formidable escalier qui les mène, ahuris et pantelants, jusqu'aux vestiges d'une cité tayrona abandonnée au XVIIème siècle.

 

colombie_1_escalier
L'escalier "royal" qui monte à Teyuna ©ChristopheMigeon

 

Étagé entre 900 et 1200 mètres d'altitude, le site se présente comme une succession de plateformes, vestiges de maisons ou de centres cérémoniaux, reliées par de petits chemins dallés. Teyuna semble avoir été habitée depuis au moins le VIIème siècle. Seuls 40% des vestiges ont été mis à jour.


 

colombie_2_terrasses
Les terrasses principales de Teyuna. La ville qui comptait jusqu'à 2000 habitants a été progressivement abandonnée entre 1580 et 1650 ©ChristopheMigeon

 

 

Des escaliers et des plateformes dans la jungle
 

Ces mêmes marches, couvertes d'une pellicule de mousse traîtresse, sont toujours l'unique moyen d'accès. Des types, dont c'est probablement le métier, se sont amusés à en compter plus de deux mille. Ruisselant de sueur, ahanant comme un bœuf au labour, on parvient aux premières terrasses où une escouade de bidasses en mal de compagnie vous souhaite la bienvenue. Les malheureux, en poste depuis 5 mois, guettent la relève. Ils vous empoignent les mains comme s'ils retrouvaient de vieux copains d'enfance.


 

colombie_3_teyuna
La première terrasse de Teyuna. La plupart d'entre elles ont été construites entre 1200 et 1600 ans après JC ©ChristopheMigeon


 

Comment c'est la vie ici ? « Mucho duro » avoue dans un souffle le sergent natif de Bogotá. Ces pieds-tendres font bien rigoler Septimo, le gardien du site, en place depuis 18 ans. Ce que redoute le plus Septimo ? Les fourmis auxquelles il a déclaré la guerre à grand renfort de produits chimiques. En creusant leurs galeries sous les esplanades, ces bougresses les déstabilisent et font vaciller les pierres.
 

Dans un extraordinaire décor de fougères arborescentes et de palmiers tagua, les archéologues ont dégagé les terrasses qui jadis supportaient les maisons tayronas. Ils ont restauré sans mortier ces soubassements circulaires et ont ainsi reconstitué la structure de la ville telle qu'elle était quand ses 2 000 habitants l'ont progressivement abandonnée suite aux épidémies de variole, typhus et autres rubéoles charriées par les Espagnols.


 

colombie_5_buritaca
Une cascade rafraîchissante sur les rives du Buritaca ©ChristopheMigeon


 

Les Tayronas qui, suite à cet exil, se scindèrent en plusieurs peuples - dont les principaux sont devenus les Kogis, Wiwas, Aruacos – ne juraient que par les courbes, les sinuosités, ménageant de grands espaces entre les édifices ronds, aux antipodes de notre urbanisation quadrillée de lignes droites et de perpendiculaires, où l'espace se doit d'être occupé au maximum.
 

Là-bas, sous les larges feuilles des yagrumos, un petit sentier étouffé par la verdure s'enfonce à flanc de montagne en direction d'El Tigre, une autre cité encore plus perdue, à 4 heures de marche et qui n'a pas encore été dégagée. Il y aurait ainsi 25 autres villages disséminés dans la vallée du Haut Buritaca sous un épais manteau de forêt. On aurait presque envie de continuer, machette à la main.


 

colombie_5_riviere
Une des nombreuses rivières à traverser pour parvenir à Teyuna ©ChristopheMigeon