Tourisme durable

La vie au grand air à Vancouver et alentours

23 Décembre 2019 - Biodiversité / Nature / Patrimoine

Au bord de l'océan et au pied des montagnes, Vancouver est réputée pour la qualité de vie qu'elle offre. En face, une grande île sauvage qui porte le même, nom, où l'on compte dans les bois peuplés d'arbres gigantesques plus de 12 000 ours noirs...

 

vancouver_1
Vancouver entre océan et montagnes / vue aérienne ©Tourism Vancouver

 

 

Vancouver, peintures fraîches

 

À Vancouver, il y a Gastown, le plus vieux quartier de la ville, désormais un peu trop ripoliné, il y a le quartier chinois avec sa touche d'exotisme, le Stanley Park et aussi le quartier de Mount Pleasant, à la mode, surtout depuis que les murs de ses bâtiments autour de Main Street se couvrent de fresques multicolores aussi géantes que délirantes. Tout a commencé en 2016 avec le premier Vancouver Mural Festival. En effet, les éditions suivantes ont transfomé le quartier et l’on attend la 5ème en août 2020 avec impatience.

 

 

vancouver_2
Fresque murale dans le quartier de Mount Pleasant ©Sandrine Mercier

 

 

"Capilano Suspension Bridge", le pont des vertiges

 

Il suffit de passer l'impressionnant Lions Gate Bridge suspendu à plus de 60 mètres au-dessus de la baie de Burrard pour rejoindre, au nord de Vancouver, un autre pont suspendu, piéton celui-là, se balançant mollement à 70 mètres au-dessus de la tumultueuse rivière Capilano occupée à se tailler un étroit passage au cœur d'une forêt enchantée où règnent en maîtres les pins Douglas, des colosses d'au moins trente mètres de haut et vieux en moyenne de 350 ans. Attention au tournis et au torticolis.

 

 

vancouver_3
Le pont suspendu au-dessus de la rivière Capilano à Vancouver ©Tourism Vancouver

 

 

 

Whistler, sueurs froides

 

Accrochée sur les pentes des montagnes de la chaîne Côtière, au cœur du territoire des Indiens Squamish, la station de Whistler s'est fait un nom en 2010 lors des Jeux Olympiques d'hiver de Vancouver. Un nom qu'elle doit à la marmotte des Rocheuses qui siffle (« whistle ») dans les prés. Elle aurait pu tout aussi bien s'appeler « Ours noir », vu qu'ici, on ne se trouve à jamais plus de 800 mètres d'un plantigrade se goinfrant de myrtilles. Vous vouliez un peu d'adrénaline pour vos randonnées dans les bois ? Vous voilà servi. Pour connaître un plus grand frisson encore, il suffit d'emprunter la Sasquatch, la plus longue tyrolienne d'Amérique du Nord (2,2 km), qui vous projette d'un versant à l'autre à plus de 100 km/h. Oh, my god !

 

 

vancouver_4
Une des plus grandes tyroliennes du monde à Whistler ©The Sasquatch Stellar Views

 

 

Tofino, au pays des ours et des baleines

 

Si Tofino est la Mecque des surfeurs en Colombie-Britannique, certains pèlerins s'y rendent pour s'adonner à d'autres rites. Plutôt que de se geler le derrière dans l'eau, ils partent en bateau observer quelques animaux : ours noirs occupés à retourner les pierres sur l'estran dans l'espoir d'y trouver crabes et coquillages, baleines grises, baleines à bosse et orques en train de reprendre leur respiration à la surface – ne pas trop compter sur un saut spectaculaire –, phoques batifolant dans les vagues. Tofino attire aussi les amateurs de tempêtes, celles-ci étant particulièrement furieuses et spectaculaires. À contempler en ciré et bottes depuis la plage.

 

 

vancouver_5
Observation des baleines à partir de Tofino sur l'île de Vancouver ©Kyler Vos

 

 

vancouver_6
Un surfer à Tofino ©Jeremy Koreski

 

 


À lire aussi


 

Québec, la Belle Province

Yukon, un territoire en or au Canada