À (re)découvrir

La Canée, perle de la Crète occidentale

11 Septembre 2021 - Culture / Gastronomie / Histoire / Nature

Ancienne capitale de la Crète, La Canée est une destination aux atouts pluriels : amoureux d’histoire, de gastronomie ou de nature, chacun y trouvera son bonheur !

 

 

crete_la_canee_1_phare
Coucher de soleil sur le phare de La Canée ©AurélieCroiziers

 

 

Histoire et culture à l’honneur

 

Avec ses 55 000 habitants, La Canée, appelée aussi Hania ou Chania et prononcée "Rania" par les locaux, est la seconde ville de Crète. Celle qui fut un temps capitale porte dans ses pierres les traces de plusieurs siècles d’une riche histoire. Byzantine, vénitienne ou ottomane, les occupations et influences furent variées. La préhistoire de La Canée aussi fut fertile : alors que la France était encore à l’âge du bronze, la civilisation des Minoens s’épanouissait dans la région. Des bribes d’histoire se nichent dans tous les entrelacs de La Canée… à découvrir de préférence avec un guide !

Si toute La Canée est chargée de monuments ottomans, vénitiens et grecs, le port est le cœur vibrant de la ville, le point de départ de bien des promenades. Du Fort Firkas et son musée maritime aux docks vénitiens situés à l’autre bout de la jetée, les quais invitent à la flânerie, entre terrasses animées et monuments spectaculaires : fortifications, mosquée ou arsenaux et, juste en face, le phare du XVème siècle magnifiquement photogénique au crépuscule.

 

 

crete_la_canee_2_port
Vue sur le port de La Canée ©AurélieCroiziers

 

 

Situé dans un ancien monastère vénitien, le musée archéologique mérite une visite. Il contient de remarquables objets : bijoux, vases, sculptures, tablettes d'argile, stèles et mosaïques. Le patrimoine religieux de La Canée n’est pas en reste avec la mosquée des Janissaires qui accueille aujourd’hui des expositions, l’église catholique de l'Assomption abritant un musée d'art, la cathédrale orthodoxe construite en 1860 sur les vestiges d'une église, ou encore la synagogue Etz Hayyim, récemment restaurée et unique vestige de la communauté juive en Crète.

 

 

crete_la_canee_3_mosquee
La mosquée des Janissaires sur le port de La Canée ©AurélieCroiziers

 

 

Le régime crétois

 

Un voyage en Crète se veut aussi gustatif ! Les cafés du port sont le lieu idéal pour goûter au raki, la boisson locale issue de raisins et d’anis, à accompagner de mezzés. Sur le port encore ou au détour d’une ruelle, c’est dans l’une des nombreuses tavernes que l’on s’offre un délicieux repas. Le "Chaniotiko Bouréki" sera sans doute sur la carte, ce succulent gratin de courgettes, pommes de terre et fromage local.

Une autre manière de se mettre au régime crétois est d’arpenter le marché municipal. Inaugurées en 1913, ses impressionnantes halles couvertes abritent 80 magasins alimentaires proposant exclusivement des produits de la région ! Les papilles sont à la fête devant les étals des épiceries, boucheries, poissonniers ou primeurs.

 

Le lagon de Balos

 

L’un des plus beaux sites naturels de la région se trouve à une heure de route de La Canée. Les locaux disent de Balos que c’est le plus beau lagon de Crète, et même de Grèce ! Une fois le parking dépassé, vingt minutes d’un sentier rocailleux mènent à un imprenable panorama. Cette première vue sera la plus belle : le ciel se confond à la mer, le bleu se décline sur tous les tons.

 

 

crete_la_canee_4_lagon_balos
Vue sur le lagon de Balos ©AurélieCroiziers

 

 

Le chemin mène ensuite à la plage. Encadré par le promontoire de Cimarus et le cap de Tigani, le superbe lagon est bordé d’îles et de côtes dentelées. Dans l’eau translucide, l’écume ride les fonds marins. Le sable, fine poussière de coquillages, se fait rose par endroits.

La meilleure période pour s’y rendre est le printemps ou le début de l’automne, en été il faudra arriver tôt sur place pour profiter du lagon au calme. Si Balos fut pendant des siècles le repaire de corsaires et pirates, ce sont les croisiéristes que l’on cherche aujourd’hui à éviter !

 

 

crete_la_canee_5_balos
Vue sur le lagon de Balos ©AurélieCroiziers