Tourisme durable

Découvrir les Îles Tiwi grâce à leur art aborigène

04 Mars 2019 - Culture / Découverte / Patrimoine

Il ne s’agit pas d’une destination facile d’accès… mais plutôt d’un bout du monde à 80 km au nord de Darwin en Australie : deux îles qui répondent au nom d’Iles Tiwi. Leur accès est limité aux touristes. On y vogue pour une longue journée d’excursion à la découverte d’une culture et d’un art uniques : celle et celui des Aborigènes Tiwis qui peuplent les deux îles depuis des millénaires.

 

 

australie_ile_tiwi_art_arborigene_rafael
© ByNativ

 

 

 

Un peu d’Histoire…

 

C’est en 1644 que le navigateur hollandais Abel Tasman découvre les Îles Tiwi. On leur attribue les noms de Bathurst et Melville. Cette dernière est brièvement occupée par les Anglais dans les années 1820 puis se décolonise très vite, retournant aux mains des Tiwis. Depuis l'indépendance de l'Australie, les Îles Tiwi font partie du territoire australien mais depuis 1978, le droit de gestion des îles est attribué à ses habitants ancestraux aborigènes. L’isolement des deux îles, situées à deux km l’une de l’autre, a permis au peuple Tiwi de préserver et de développer des rites et des légendes en marge du reste des tribus aborigènes d'Australie.

 

 

 

australie_ile_tiwi_art_arborigene_pukumani
Pukumani © Public Domain

 

 

… et de culture

 

Ainsi, on peut découvrir sur Melville et Bathurst des sites funéraires uniques : les Pukumani, d'immenses totems peints ou gravés qui mesurent plusieurs mètres de haut. Plus on en compte autour d’une tombe, plus la personne enterrée avait un rang social élevé. Mais l’art ne se limite pas aux rites funéraires, il est au coeur de la culture des Tiwis. Contrairement aux autres types d’art aborigène, l’art tiwi est plus décoratif. La peinture corporelle, le jilamara, constitue l’une de ses premières expressions. Elle est pratiquée pour chaque cérémonie et sa technique représentant des motifs géométriques s’est aujourd’hui généralisée à la peinture sur toile, aux gravures sur bois ou écorces, aux céramiques et aux textiles. Leur art se vend d’ailleurs dans toute l’Australie et même au-delà des frontières de l’Océanie.

 

 

 

 

 

australie_ile_tiwi_art_arborigene-totems
© ByNativ

 


 

 

Un peuple qui partage son art et ses techniques

 

 

Comme en Terre D’Arnhem au nord de l’Australie, visiter les Îles Tiwi en dehors d’excursions à la journée proposées par des Aborigènes Tiwis eux-mêmes constitue une mission difficile. Ces derniers proposent deux types de visites : on peut faire le tour de l’île de Bathurst et découvrir sa végétation luxuriante et tropicale ainsi que ses plages de sable et ses eaux limpides. On peut aussi opter pour une journée culturelle et créative à la découverte de ce fameux art Tiwi. Dans les deux cas, sauf si on choisit l’option d’un vol de 30 minutes depuis Darwin, la journée commence de bon matin, à 7h30 par deux heures de traversée jusqu’à Wurrumiyanga sur Bathurst.

 

Pour le deuxième type d’excursion, à la découverte de l’art aborigène Tiwi, optez pour la journée proposée par ByNativ, communauté d’agences de voyage locales sur mesure. L’organisme travaille en effet en direct avec un guide Tiwi et propose une journée inspirante pendant laquelle vous découvrirez les modes de vie des Tiwis, leur histoire et leur art.

 

 

australie_ile_tiwi_art_arborigene_art
© ByNativ

 

 

 

Vous passerez même à l’acte en créant vous-même, sous l’œil et l’enseignement bienveillants d’un artiste aborigène, votre propre œuvre d’art ! Pas de panique, vous serez guidé et pourrez vous inspirer des réalisations de la communauté : poteries, gravures sur bois, coquillages peints, bracelets tissés et réalisations en batik.

 

 

© ByNativ

 

 

 

 

Avant de reprendre le bateau, en flânant dans les rues de Wurrumiyanga, vous verrez que l’art est décidément partout, même sur les murs, sous forme de fresques. Certaines mettent en garde contre l’utilisation du tabac par exemple. Et oui, sur les Îles Tiwi, on se méfie des mauvaises habitudes du monde extérieur et on s’en protège. D’ailleurs, si une bière bien méritée vous tente pour conclure cette belle journée riche et créative, il faudra attendre les pubs de Darwin ! L’alcool est strictement interdit sur Bathurst et Melville.

 

 

 

---------------------------------------------------------------- À lire aussi ---------------------------------------------------------------

 


Les Flinders Ranges, à la rencontre du bush australien


Zoom sur une ville qui s’engage : Sydney


Quand un ex-magnat du charbon crée la 1ère ligne ferroviaire 100% solaire au monde