Tourisme durable

Au Laos, le charme discret de Luang Prabang menacé ?

28 Avril 2020 - Culture / Hébergement / Histoire / Nature / Patrimoine / Préservation

À l'ombre de ses trois voisins, (la Thaïlande, le Vietnam et le Cambodge qui attirent des millions de touristes), le Laos est un peu plus préservé. Classée depuis 1995 au Patrimoine mondial de l'UNESCO, Luang Prabang, l'ancienne capitale royale, prend son temps.

 

 

laos_1_panorama

                        Panorama sur Luang Prabang, une ville à la campagne ©Sandrine Mercier

 

Presqu'île formée par le Mékong et son affluent, la Nam Khan, Luang Prabang, ancienne capitale d'un tout petit royaume, à l'allure d'un village avec sa nature exubérante et ses petites ruelles bordées de maisons traditionnelles en bois, cultive sa nonchalance. Au marché du matin, les vendeurs souriants n'essaient pas de vous vendre leur produits ; les scooters conduisent sans jamais klaxonner dans les rues sans feux de circulation et vous invitent à traverser devant eux avec le sourire.

 

 

laos_2_defile

                        Grand défilé à l’occasion de la Fête de l’eau pendant "Pimai", le nouvel an Lao ©Sandrine Mercier

 

laos_3_pluie

On fête le retour de la saison des pluies et de la renaissance de la nature pendant Pimai ©Sandrine Mercier

 

Rien ne presse, la vie coule sereinement sur les bords du Mékong. Ce qui fait dire aux pays voisins, non sans une pointe de moquerie, « Le Cambodgien plante le riz, le Laotien le regarde pousser et le Vietnamien le vend. »

 

 

La résurrection

 

En 1990, lorsque le régime communiste s'ouvre aux investissements étrangers, le potentiel touristique intéresse. Pour protéger le centre-ville, on pense alors au classement de l'UNESCO. En 1995, alors que la ville tombe en ruines, l’UNESCO l’inscrit sur sa Liste du patrimoine mondial

 

Francis Engelmann, écrivain, urbaniste et conseiller indépendant pour l'UNESCO, fut l'un des piliers de ce classement. « En 1985, lors de mon premier voyage, je découvre une ville fantôme en ruine. Les deux-tiers des maisons n'ont pas de toits, il n'y a que des personnes âgées et des vélos. Après la disparition du roi en 1975, la ville sans activité se meurt doucement alors que Vientiane devient la capitale économique. En 1990, on commence par identifier 611 bâtiments qui ont un intérêt architectural. On interdit leur destruction puis, en 1995, le centre-ville est classé. »

 

 

laos_4_temples

                                                         Dans l’ancienne cité royale, on compte quelques 80 temples ©Sandrine Mercier

 

Aujourd'hui, dans le centre-ville, on peut remarquer un mélange de styles qui raconte l'histoire du pays : des maisons en bois laotiennes avec leurs petits jardins, des édifices construits par les Français pendant le protectorat (1893-1954), en brique avec des persiennes comme des écoles ou l'hôpital (construit en 1905 et converti en hôtel 5 étoiles, Amantaka) et des demeures qui ont combiné le bois et la brique comme dans la rue principale. 

Francis Engelmann poursuit :  « Les Laotiens ont eu le génie de réaliser une fusion architecturale ;  le rez-de-chaussée avec des pilastres en brique préservé et restauré avec la construction au dessus, d'un étage en bois avec des balustrades. »

 

 
laos_5_maisonMaison en bois laotienne avec son petit jardin ©AdobeStock

 

Le classement UNESCO a interdit les réverbères. À la nuit tombante, la ville est baignée par de petits éclairages chaleureux qui lui donnent un charme fou.

 

 

laos_6_nuitLe charme de Luang Prabang à la tombée de la nuit ©AdobeStock
 
 
 

Cette atmosphère romantique commence à attirer près de 300 000 touristes par an et les infrastructures qui vont avec : une quarantaine d'hôtels, le double de restaurants et presque 200 maisons d'hôtes. François Engelman s'interroge : « La restauration du patrimoine a créé un mouvement positif. Luang Prabang est devenue la fierté nationale et les jeunes reviennent travailler ici, mais la ville est en train de se vider de ces habitants au profit des touristes, pour devenir une ville-musée. On voit aujourd'hui plus de voyageurs dans les rues que de Laotiens ».

 

 

Luang Prabang serait-elle menacée par le syndrome de Dubrovnik ou Venise, empoisonnés par le tourisme ? 

 

 

laos_6_gargotte Petite gargotte de rue au bord du Mekong ©Sandrine Mercier 

 

 

 


À lire aussi 


 

Mekong Elephant Park, harmonie et partage au Laos

Cambodge : tourisme solidaire à Banteay Chhmar

Les 5 plus beaux road-trips d'Asie