Actualité

Une part peu connue de l'histoire mongole : la Route du Sel

11 Mai 2016 -

Apparue au XVème siècle dans le but de favoriser le commerce du sel entre la Russie, le Kazakhstan et la Mongolie, la Route du Sel est un tenant moins célèbre de la Route de la soie, qui a pourtant vu des hommes l'emprunter des siècles durant. Pascal Lluch, accompagnateur de moyenne montagne et fondateur de RandoPays, vous propose de découvrir l'histoire de cette route mythique à travers une méharée d'un mois.

 

chevres_mongolie
L'élevage de chèvres, élevées notamment pour leur cachemire, a bondi ces dernières années en Mongolie

 

 

Un hommage au pastoralisme mongol

 

Passionné de nature et de cultures, Pascal Lluch a longuement côtoyé les Mongols lors de ses précédents voyages, organisés conjointement avec les locaux. Peuple nomade et pratiquant le pastoralisme, il a su conserver ce mode de vie ancestral, qui attire aujourd'hui tant les Occidentaux en mal d'espace, d'authenticité et de liberté. Comme l'explique Pascal Lluch, "tant que le tourisme attendra de la Mongolie qu’elle lui apporte les sentiments de liberté et d’exotisme aujourd'hui inconnus dans nos pays, le pastoralisme nomade continuera de nous faire rêver. L’enthousiasme occidental pour leur mode de vie est bien volontiers accepté par les éleveurs mongols, à condition toutefois que les O.N.G. n’entreprennent pas de leur expliquer ce que devrait être une technique correcte d’élevage extensif mis en conditions climatiques extrêmes, car ils sont conscients que leur savoir-faire traditionnel bat en brèche toutes les théories technocratiques..."

 

Si les Mongols ont toujours été des éleveurs, ils ont toutefois dû adapter leurs cheptels aux exigences de chaque époque : après avoir longtemps entretenu des chevaux pour les conquêtes du premier empereur mongol Gengis Khan, aux XIIème et XIIIème siècles, les éleveurs mongols ont ensuite dû faire l'acquisition de chameaux à l'époque de la Route du sel, soit du XVème au début du XXème siècle. Aujourd'hui, ce sont les chèvres qui sont les animaux les plus prisés, notamment pour leur précieux et prestigieux cachemire, ce qui n’est pas sans effet sur les équilibres climats/pâturages... La Mongolie parvient ainsi à pérenniser traditions et savoir-faire, avec la volonté de s'adapter aux évolutions et aux changements mondiaux.

 

 

 

route_du_sel_chameaux
Un pan de l'histoire mongole à découvrir à dos de chameau...

 

 

Voyager utile et responsable

 

 

En emmenant des touristes européens en Mongolie, Pascal Lluch souhaite non seulement leur offrir un voyage magnifique et hors-du-commun, mais également déclencher chez eux une nécessaire prise de conscience. Particulièrement sensible aux questions liées à l'écologie, à la pollution et au réchauffement climatique, l'accompagnateur de RandoPays a toujours eu pour mot d'ordre de "voyager durable". Entrer en contact avec les populations locales, utiliser leur mode de déplacement traditionnel, découvrir leur histoire pour mieux comprendre leur présent, percevoir la précarité du nomadisme et respecter les lieux visités sont autant de principes auxquels tient profondément Pascal Lluch, et qu'il veut partager avec ses compagnons de route.

 

Pays au climat naturellement rude, la Mongolie est un pays qui souffre particulièrement du réchauffement climatique, qui entraîne depuis plusieurs années des variations de saison entraînant manque d'eau ou surabondance de neige...

 

En menant ses voyageurs auprès des éleveurs mongols, Pascal Lluch entend provoquer des échanges utiles et vertueux : que chacun apprenne de l'autre, le respecte, et comprenne en quoi l'impact de l'Homme, où qu'il se trouve sur la planète, peut influer sur le reste du monde. En cela, la méharée proposée par RandoPays apparaît comme un voyage solidaire et responsable : durant un mois, les participants parcourent la Route du sel accompagnés de chameaux, sur le mode des caravanes de ce commerce transasiatique. En compagnie de Pascal Lluch et d'accompagnateurs locaux, vous découvrez la Mongolie dans toute sa splendeur, auprès de ceux qui la font vivre, et en découvrant une partie de son histoire.

 

Pour plus de détails sur cette méharée en Mongolie : cliquez ici