menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Tourisme durable

Z’engagé comme le Zazie Hôtel

02 Mai 2017 - Entretien / Hébergement / Initiatives / Portrait

Premier hôtel de tourisme parisien agréé Entreprise Solidaire et d’Utilité Sociale, Zazie reste un ovni « durable » dans le domaine de l’hôtellerie. Nous avons pu rencontrer sa fondatrice et présidente, Anne-Sophie de Boulois, exposante sur le village ATD lors du salon du tourisme de Paris.

Terrasse du Zazie Hôtel
Terrasse du Zazie Hôtel © B-Nelly Valais

 

 
TV5MONDE : Comment en vient-on à créer un hôtel « solidaire » ?
 
 
Anne-Sophie de Boulois : En ce qui me concerne, c’est une reconversion totale, je ne suis pas issue des métiers de l’hôtellerie ou de l’insertion. Avant, j’étais employée dans le marketing et l’édition. Je souhaitais faire autre chose, travailler sur le « travail », l’insertion. Je me suis dit qu’un hôtel ce serait formidable. Je connaissais un établissement qui faisait de l’insertion dans le Doubs, cela m’a aussi aidée à y voir plus clair pour m’organiser. Puis il y a eu cet hôtel à reprendre du côté de la gare de Lyon, et l’aventure a commencé en 2012…
 
 
TV5 : Pouvez-vous nous parler du travail réalisé avec les salariés en insertion dans votre hôtel ?
 
AS-B : Nous sommes quatre salariés permanents et quatre salariés en insertion, dont les profils sont extrêmement variés. En général, Pôle Emploi nous envoie des personnes aux profils difficiles, éloignées depuis longtemps de l’emploi. On réfléchit à ce qu’on peut leur apporter, comment les aider. Ils restent un maximum de 24 mois, parfois moins, cela dépend un peu du parcours de chacun. Les choses se font de manière très progressive.
 
Parmi nos salariés permanents, nous avons un accompagnateur social dédié à ces salariés, qui prend en compte leur difficulté et essaie de les résoudre. Ensuite, nous avons deux types de poste, en gros l’entretien de l’hôtel et la réception. Pour ces derniers, il faut maîtriser des connaissances académiques, au moins une langue étrangère, l’informatique, donc ce ne sont pas les postes plus adaptés.  A terme, notre objectif est que nos salariés deviennent autonomes et puissent prendre des postes dans des hôtels, retrouvent une activité, un projet qui ait du sens, s’en sortent.
 
 
Bar du Zazie Hôtel
Bar du Zazie Hôtel © DR
 
 
TV5 : Vos clients ont-ils conscience ou du moins connaissance de vos engagements ?
 
 
AS-B : De plus en plus, c’est d’ailleurs très clairement indiqué sur notre portail Internet. Et au moins 50% de nos clients sont là pour ces raisons, choisissent de préférence notre hôtel pour l’ensemble de nos démarches. Beaucoup de clients viennent d’ailleurs du secteur public, ont le sens de l’intérêt général et sont très intéressés par la façon dont nous travaillons. Nous avons d’ailleurs une forte clientèle italienne qui fait partie de réseaux engagés.
 
 
 
TV5 : Au-delà du social, vous avez une démarche durable, par exemple via la charte pour un hébergement durable à Paris dont vous êtes signataire.
 
 
AS-B : Tout à fait, on est entré par le social puis on a migré vers le développement durable, aussi parce que le développement durable nous sert à relayer nos engagements sociaux, plus difficiles à communiquer sinon. Et au-delà des engagements de la charte qui portent essentiellement sur l’environnement (énergie, produits d’entretien, petit déjeuner, déchets, etc.), nous travaillons aussi sur le participatif.
 
Ainsi, nous développons beaucoup de partenariats locaux, solidaires, et encourageons la découverte alternative de Paris. Par exemple, nous accueillons régulièrement les animateurs de jeux de pistes solidaires de Parisolidari-Thé, nous proposons également des prestations de transport accompagné avec une entreprise coopérative d’intérêt collectif.
 
Enfin, nous sommes sensibles au tourisme social, à rester accessible. Concrètement, nos tarifs ne s’envolent pas en haute saison, nous avons des actions pour les familles (petit déjeuner gratuit jusqu’à 12 ans) et acceptons les chèques-vacances.
 
 
Chambre double au Zazie Hôtel
Chambre double au Zazie Hôtel © Nelly Valais

 

 
TV5 : Finalement, le Zazie hôtel, un modèle vertueux ?
 
 
AS-B : Ce qui m’intéresse, c’est une autre économie. On essaye de fonctionner différemment. Certes, pour cela, il faut savoir faire des concessions, mettre la pédale douce sur la croissance. Ce serait peut-être plus difficile pour une grosse structure. Nous gardons un côté militant. On le fait, parce qu’on le fait. On privilégie l’autonomie, l’initiative, la coopération, la diversité des tâches. Depuis 2012, nous avons déjà accueilli une vingtaine de salariés en insertion et nous faisons ainsi la preuve que nul n’est inemployable et que la qualité du travail est une valeur partagée.
 
 
—————— Aller plus loin ——————