Tourisme durable

Yukon, un territoire en or au Canada

17 Octobre 2018 - Biodiversité / Culture / Découverte
Sur ce territoire qui porte le nom du fleuve qui le traverse, il y a l'immensité, des forêts, des élans et de l'or. Les hommes ont découvert qu'on pouvait faire fortune en venant ici avec une bonne pioche et beaucoup de sueur. Ici commence l'aventure, la vraie « into the wild ». 
 

La ruée vers l'or
 

Tout a commencé par une partie de pêche au saumon au confluent du Yukon et du Klondike durant l'été 1896. Skookum Jim, accompagné de son cousin Dawson Charlie, rend visite à sa sœur qui a épousé George Carmack. Le 16 août, les deux Indiens découvrent de belles pépites dans le fond d'un ruisseau. Carmack qui est un « bon Blanc » s'approprie alors la concession de « Rabbit creek » et bientôt tous les affluents de la Klondike sont pris d'assaut par les prospecteurs du coin. 

 

Survol du Yukon, grand comme l'Espagne peuplé de 36 000 habitants et 70 000 élans ©C.Migeon
Survol du Yukon, grand comme l'Espagne, peuplé de 36 000 habitants et 70 000 élans ©C.Migeon
 
 
Un an plus tard, en juillet 1897, le vapeur Excelsior débarque à San Francisco avec à son bord les premiers chanceux qui rentrent au bercail, les poches bourrées d'or. Les journaux s'emballent, évoquent des filons colossaux et de l'or à la tonne. Avec 30 000 postulants dans le Klondike. C'est la plus vaste migration du siècle. Au total, ils seront moins de 100 à être devenus riches. 
 


Tout est bon dans le Yukon

 
Un territoire grand comme l'Espagne, peuplé de 36 000 humains, 70 000 élans, 10 000 ours noirs et 7 000 grizzlis... cela fait forcément chauffer l'imagination. Chaque année, des personnes en délicatesse avec la société, la justice ou simplement eux-mêmes, partent se dissoudre dans le grand Vert.
 
 
On compte 10 000 ours noirs dans le Yukon ©C.Migeon
On compte 10 000 ours noirs dans le Yukon ©C.Migeon
 
 
« Il y a beaucoup de jeunes qui viennent se refaire le trip 'Into the wild' et qui disparaissent. On ne sait pas vraiment s'ils sont morts où s'ils jouent aux ermites dans un coin de forêt » explique Maxime Gouyou Beauchamps, un Français établi à Whitehorse depuis 2010.
 
Il est venu lui aussi pour profiter de cette formidable bouffée de nature mais il a préféré fonder une agence de tourisme d'aventure. Avec sa compagne Miléna, il organise des treks ou des balades en canoë à la découverte du bush. Le lac de Snafu, au sud de Whitehorse est l'un de leurs sites favoris. Les épinettes se penchent au-dessus de l'eau immobile comme si elles voulaient s'y noyer. 

 
 
Aventure sur le fleuve Yukon, qui se jette dans la mer de Bering après 3200 km ©C.Migeon
Aventure sur le fleuve Yukon, qui se jette dans la mer de Bering après 3200 km ©C.Migeon
 
 
Un martin-pêcheur d'Amérique, sans doute en retard pour un rendez-vous, zèbre la rive d'un long filet bleu métallique. Non loin, un pygargue à tête blanche s'acharne à récurer la carcasse d'un brochet d'un bon mètre de long. 
 


Au nord, du soleil

 
Encore un peu plus au nord, encore un peu plus de sauvage. La Dempster Highway, la route la plus septentrionale du Canada, prend son élan un peu à l'est de Dawson et s'engouffre par une fente verticale dans de glorieuses futaies d'épinettes et de trembles. C'est le parc territorial de Tombstone. La région de Tombstone est aussi la terre nourricière et spirituelle des Tr’ondëk Hwëch’in. Il existe un attachement très fort entre la tribu et Tombstone, à la fois terrain de chasse et lieu de cueillette.
 
 
« C'est un point de repère à la fois géographique et spirituel qui dégage une énergie particulière » explique Kim Joseph, une employée du parc. « Chaque mois de septembre, on organise un « moose camp » pour apprendre à une dizaine de nos jeunes comment chasser l'élan dans la tradition Tr’ondëk Hwëch’in. On y apprend comment ne pas heurter l'esprit de l'animal qu'on vient de tuer, par exemple en détournant la tête de la bête pour qu'il ne voie pas son propre dépeçage. » 
 
 
Dans les rues de Dawson City, au pic de la ruée vers l'or on comptait 40 000 habitants, aujourd'hui seulement 1500 ©C.Migeon
Dans les rues de Dawson City, au pic de la ruée vers l'or on comptait 40 000 habitants, aujourd'hui seulement 1500 ©C.Migeon
 
 
Tous les ans les 1 500 membres de la tribu abattent quelques dizaines d'élans et une bonne centaine de caribous. Une chasse qu'ils pratiquent toute l'année sans avoir besoin de tags (bracelets de chasse), ce qui ne manque pas d'irriter les chasseurs blancs à qui on impose bracelets et saison de chasse.
 
 
 
Plus d'infos : 
 
 
 
Le mont Monolith dans le parc Tomstone ©C.Migeon
Le mont Monolith dans le parc Tomstone ©C.Migeon

 
--------------------------------------------------------------- À lire aussi ----------------------------------------------------------------
 

11 Nations, 11 histoires, 55 communautés, bienvenue chez les peuples autochtones du Québec