Tourisme durable

Voyages & plongée : découvrir l’envers du monde…

26 Janvier 2017 - Culture / Découverte

Ils ont longtemps constitué une catégorie de voyageurs « à part », étranges cosmonautes lourdement chargés qu’allongés sur le sable on regardait rejoindre leur barge sous un soleil de plomb… Mais ça, c’était « avant ». Ceux qui préfèrent buller sous l’eau sont désormais de plus en plus nombreux à arpenter l’envers de la planète bleue et à en revenir enthousiastes. Présentation.

 
Voyages et plongée : Se jeter à l'eau

Se jeter à l'eau

 

 
On compte 340.000 plongeurs en France, auxquels s’ajoutent les 800.000 pratiquants réguliers du snorkeling (palme-masque-tuba). Une enclave sportive qui fut longtemps exclusivement masculine mais ne l’est plus, 30% des plongeurs sont aujourd’hui des plongeuses et cette proportion ne cesse d’augmenter. Chaque année, un dixième des plongeurs français (soit environ 30.000 personnes) effectuent un « grand voyage plongée », mais tous ou presque pratiquent plusieurs fois par an : en piscine, en lac, sur nos côtes. Cependant, la découverte des fonds marins ne se réduit plus de nos jours aux seuls « mordus », tant s’en faut : mettre le nez sous l’eau est devenu un loisir très répandu parmi les voyageurs, au point que la majorité des hôtels en destination balnéaire mettent à disposition de leur hôtes au minimum des masques et des tubas ; la plupart proposant souvent des sorties en mer avec arrêts snorkeling sur les meilleurs spots, approche des raies et des dauphins, voire… des requins ! Autant d’expériences fortes qui agissent sur les non-initiés comme un puissant apéritif. Raison pour laquelle, une « case nautique » sinon un club de plongée est de plus en plus souvent associée aux hôtels de bord de mer.
 
 
Voyages et plongée : La magie des récifs coralliens

La magie des récifs coralliens

 

 

Mordus : la course à l’inconnu !

 
Les « vrais » plongeurs, ceux qui cumulent les heures de plongée comme les hommes d’affaires les miles, où plongent-ils et que recherchent-ils ? Des sensations fortes et surtout nouvelles aux dires des spécialistes du voyage-plongée avec lesquels ils partent. Falaises coralliennes en Mer Rouge, aux Maldives et aux Célèbes, épaves en Mer Rouge, Caraïbes, Pacifique ou Micronésie, sans oublier les grottes sous-marines à Malte, au Mexique et au Bélize. On y rencontre des « pélagiques » (prononcez : « grosses bêtes ») : raies manta, dauphins et requins dans l’hémisphère austral (Afrique du Sud, Australie, Polynésie).
 
 
Voyage et plongée : Rencontre avec une raie manta

Rencontre avec une raie manta

 

 

Je veux tout !

 

Cependant, pour beaucoup, si vacances riment avec plongée, il faut aussi qu’autour de la plongée, il reste de la place pour autre chose, la découverte ou simplement la famille. Nombre de destinations se prêtent à merveille au cocktail plongée-découverte, de la Corse à Cuba et de Madagascar aux Philippines ou la Thaïlande : jardins de coraux, poissons multicolores omniprésents, lagons turquoises, mers peu profondes et surtout, chaudes ! Il y suffit, pour découvrir « l’autre monde », d’enfiler masque et tuba prêtés gracieusement. C’est ainsi que s’attrape le virus. Même les spécialistes du voyage-plongée, jadis 100% pro « expérimentés », proposent aujourd’hui chambres familiales ou communicantes, baby sitting, mini-club avec horaires de plongée coordonnés, etc. Et même des produits dédiés aux familles entières très séduisants comme cette croisière « aqua-rando, coraux et dauphins » (on suit le banc au jour le jour !) d’une semaine en Egypte ou ce séjour à Mayotte où les enfants découvriront tortues et baleine sur la plage de l’hôtel !
 
 
Comment y aller ?
 
Pensez aux compagnies aériennes « plongeurs-friendly » qui offrent le transport du sac de matériel. Entre autres : Emirates, la RAM, Air Mauritius, Tunisair, la TAP, ATN… Mais attention : sur place, les vols intérieurs inter-îles ne pratiquent généralement pas cette gratuité.