Tourisme durable

UNESCO : quelles nouvelles pour notre patrimoine ?

15 Janvier 2018 - Patrimoine / Préservation
Sur les 1052 sites classés par l’UNESCO dans sa liste du Patrimoine Mondial pour leur « valeur universelle exceptionnelle », seuls un cinquième sont des trésors naturels. Et rejoindre ce panthéon élitiste devient de plus en plus difficile. Petit aperçu d’une classification très convoitée où la France apparaît moins qu’on ne le croit.
 

Devenu un classique de la littérature de voyage signifiant « Inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO », le pictogramme ci-dessous a pris au fil du temps une valeur marketing de plus en plus forte.

D’autant que c’est désormais au compte-gouttes que les diverses merveilles du monde se voient attribuer le fameux petit sigle représentant un carré inscrit dans un cercle. Si, en 2016, les heureux élus étaient au nombre de 6, il n’y en eut aucun l’an passé et 4 seulement en 2014. Il faut dire que, de nos jours, les découvertes de nouveaux paysages fabuleux, écosystèmes rares, sont devenues exceptionnelles, l’ensemble du patrimoine naturel mondial étant désormais presque entièrement répertorié.
 
 
 
 
Désert de Lout en Iran
Désert de Lout en Iran

 

 

À ce jour, seuls 203 sites naturels ont été retenus par l’UNESCO pour la majesté de leurs paysages, la richesse de leur écosystème ou encore leur rareté, voire leur caractère unique sur la planète. Au nombre des sites classés de l’année 2016 se comptent entre autres l’archipel de Revillagigedo au Mexique, un sanctuaire naturel d’espèces marines, le désert de Lout en Iran ou Mistaken Point, au Canada.
 
 
 
Mistaken Point au Canada
Mistaken Point au Canada


 

4 catégories différentes  

 
Mais le « Patrimoine Naturel » de notre planète ne constitue aux yeux de l’UNESCO que l’un des 4 visages qu’adopte le patrimoine de l’Humanité dans son ensemble. Sur le millier de sites aujourd’hui inscrits sur la liste, plus des deux tiers l’ont été pour leur indiscutable valeur culturelle.

Des arides vallées d’Ethiopie où vécurent les premiers hommes il y a 5 millions d’années à la Tour Eiffel édifiée il y a un peu plus d’un siècle, en passant par les plus beaux temples et sites archéologiques, mais aussi d’anciennes mines ou usines, c’est un panorama général de l’odyssée créatrice de l’humanité que compose cette liste du Patrimoine Culturel.

 
 
 
 
Falaise de Bandiagara
Falaise de Bandiagara au Mali


 

Quant à la troisième catégorie, celle du Patrimoine Mixte, à la fois naturel et culturel, si elle témoigne de l’heureux mariage entre la beauté naturelle d’un lieu et l’action de l’homme, on se rend compte que cette célébration de Dame Nature transcendée par la main de l’homme n’est pas si répandue que cela. Seuls 35 sites en attestent aujourd’hui sur la planète : Falaise de Bandiagara en pays Dogon, grand bouddha de Leshan du mont Emei en Chine, mont Athos en Grèce…

Deux nouveaux venus étant néanmoins parvenus à faire leur entrée par cette porte cette année : les Ahwar du sud de l’Irak où refuges de biodiversité et reliques 
mésopotamiennes sont étroitement associés, et le massif de l’Ennedi, au Tchad, où les pétroglyphes humains rehaussent encore la beauté des roches sculptées par l’érosion.
 
 
 
 
Massif de l'Ennedi au Tchad
Massif de l'Ennedi au Tchad

 

 

Un patrimoine en péril

 
 
Concernant la quatrième et dernière liste, ouverte seulement en 2008 et dédiée au Patrimoine Immatériel, elle répertorie pour sa part les multiples traditions ayant, au fil du temps, constitué notre « patrimoine vivant » : chants, danses, cuisines, médecines, festivités, artisanats… En tout, 430 « pratiques » enrichies chaque année de plusieurs dizaines de nouveaux venus. Quelles nouveautés pour 2016 ? Les chants cosaques d’Ukraine et la poterie noire portugaise entre autres.
 
 
 
Parc National de la Garamba, l'un des 5 sites naturels en péril du Congo
Parc National de la Garamba, l'un des 5 sites naturels en péril du Congo
 
 
 
Mais pour en revenir au patrimoine matériel « tangible », qu’il soit naturel, culturel ou mixte, son inscription n’est malheureusement pas définitive non plus qu’un gage de sauvegarde assurée, ainsi que l’a montré le terrible exemple des bouddhas canonnés de la vallée de Bamiyan en Afghanistan. Que cette destruction soit le fait de l’action de l’homme ou au contraire de son inaction, 55 sites appartiennent aujourd’hui à notre « Patrimoine en Péril » : récif de la barrière corallienne du Bélize et forêt primaire de Madagascar dont il ne reste plus que… 4% en tête de liste.
 
 

Cocorico…mment ? Un site seulement !


 
Glaciers d’Argentine, baie d’Ha-Long, îles Galapagos, chutes d’Iguaçu, Grand Canyon, fjords norvégiens... Au nombre des merveilles naturelles que compte la planète, on se dit que la France, si fière de la variété de ses paysages, doit collectionner les inscriptions. Eh bien pas du tout : si notre pays totalise en effet 42 sites classés, chiffre très honorable, 3 seulement sont des sites naturels et un seul se trouve en métropole : le sublime golfe de Porto, en Corse. Les deux autres étant les lagons de Nouvelle Calédonie et les cirques et pitons volcaniques de la Réunion.
 
 
 
Le golfe de Porto, sur l'île de Beauté, seul site naturel métropolitain classé
Le golfe de Porto, sur l'île de Beauté, seul site naturel métropolitain classé

 

 
L’ensemble des sites classés se trouve répertorié sur l’excellent portail de l’UNESCO qui édite chaque année une carte complète de notre Patrimoine Mondial.