Tourisme durable

Un siècle d’explorations

19 Février 2018 - Actualité / Découverte / Initiatives / Evénement

« Société des Explorateurs Français », voilà bien un nom qui fait rêver et entraîne aussitôt l’esprit dans l’évocation d’expéditions légendaires lancées aux quatre horizons de la planète. Créée en 1937 par une poignée de jeunes aventuriers encore peu connus comme Paul-Emile Victor, Théodore Monod et Ella Maillard, la SEF vient de fêter ses 80 ans et, en dépit du « rétrécissement » de la planète, elle bouillonne toujours de projets.

 
 
Tous réunis à l’occasion des 80 ans…
Tous réunis à l’occasion des 80 ans

 

 
Il faut dire, comme l’explique son actuel président Olivier Archambeau, que la SEF a connu plusieurs grandes périodes, sachant sans cesse se renouveler.
 
Il y eut d’abord, de 1937 à 1950, la période des Origines.
 
C’est alors la fin de l’époque des géographes officiels, mandatés par leur pays pour explorer (et s’accaparer) de nouveaux territoires. Un nouveau genre d’explorateurs, tel Paul-Emile Victor, deviennent les pionniers d’expéditions polaires ou géographiques lointaines dans lesquelles les nations continuent de rivaliser mais, cette fois, uniquement pour être « les Premiers à…».
 
 
 
Paul-Emile Victo ©Flickr
Paul-Emile Victo ©Flickr

 

 
Puis arrive l’âge d’or, entre 1950 et 1975, tandis qu’un nouveau média apparaît : la télévision. Voici que des milliers de personnes peuvent suivre, le soir, en prime time, les exploits des explorateurs du moment : Jacques-Yves Cousteau ou Haroun Tazieff, entre autres, qui vont offrir à l’exploration une visibilité extraordinaire et susciter des centaines de vocations.
 
 

L’aventure en solitaire

 

 
Ensuite, entre 1975 et 2000, la génération montante, abreuvée par ces odyssées télévisées, va se trouver face à un nouveau challenge : finie l’époque des financements publics, voici venu le temps des sponsors. Et qui dit sponsors dit médiatisation indispensable et donc… exploit ! En solitaire souvent. C’est l’époque de la traversée de l’Atlantique à la rame par Gérard d’Aboville et autres challenges fous relevés individuellement.
 
Enfin, à partir de l’an 2000, s’ouvre la période actuelle, dédiée aux sciences mais aussi à une exploration plus large, qui s’ouvre sur la dimension humaine du monde. On pense bien entendu aux expéditions scientifiques mises en place par Jean-Louis Etienne -qui fut déjà, avant cela, une des grandes figures de la période précédente - ou par le navire d’exploration Tara. Mais on découvre également que des « explorateurs » plus inattendus, comme Antoine de Maximi qui nous ouvre des perspectives insoupçonnées sur l’être humain, font désormais partie de l’aventure.
 
 
 
Olivier Archambeau, président de la SEF ©I.Truck
Olivier Archambeau, président de la SEF ©I.Truck
 
 
 
Car si la technologie prend une place de plus en plus importante dans l’exploration, comme le montrent les expéditions aériennes de Bertrand Piccard, la dimension humaine fait, elle, son grand retour au sein de l’exploration. Avec des figures comme celle de Christian Clot, l’un des membres les plus en vue de la SEF d’aujourd’hui qui se dévoue depuis des années à l’étude de la réaction et de l’adaptation du corps humain dans les situations et milieux les plus extrêmes.
 
 

« Esprit d’Aventure »


 

« L’important est de conserver et de faire partager ce que l’ancien président de la SEF, Patrice Franceschi appelle "l’esprit d’aventure", explique Olivier Archambeau. La SEF réunit aujourd’hui celles et ceux qui partagent l’idée que l’existence même est une aventure et qui consacrent leur vie à l’exploration et à la découverte sous toutes ses formes. Pour partager le plus largement possible cette ambition, ces explorateurs travaillent aujourd’hui en lien avec les grands médias et les institutions liées à l’exploration au sens le plus large : Muséum d’Histoire Naturelle, CNRS, CNES (Centre National d’Etudes Spatiales), Institut Océanographique de Monaco… Le très large éventail professionnel des sociétaires actuels permettant de multiplier les liens et les points de vue entre exploration, recherche et grand public. »  
 
 
 
L’ouvrage retraçant les plus belles aventures
L’ouvrage retraçant les plus belles aventures

 

 
À l’heure où le virtuel prend une part de plus en plus importante dans nos vies, il est important de rappeler aux plus jeunes que, si le réel est plus complexe et difficile à aborder parfois, il est également beaucoup plus riche.
 
Afin d’encourager la vocation de ceux qui arpenteront le monde de demain, la SEF organise plusieurs cycles de conférences ainsi que la seconde édition de son Festival du film scientifique de La Ciotat, dédié cette année à la découverte des divers milieux de la planète : grottes, forêts, déserts, espace… Et comprenant un prix réservé aux jeunes explorateurs en herbe.
 
Enfin, à l’occasion de son anniversaire, la SEF vient de publier chez Glénat l’ouvrage « 100 ans d’explorations » résumant un siècle d’aventures vécues par tous ceux qui, au péril de leur vie parfois, du plus profond des océans jusque dans les étoiles, nous ont apporté une meilleure connaissance et une compréhension élargie du monde dans lequel nous vivons.
 
 

Une ambition forte


 

Comme le rappelait Bertrand Piccard lors de la cérémonie de commémoration des 80 ans, « Nous ne changerons jamais la direction des courants aériens ni celle des vents de la vie, mais nous pouvons à chaque instant changer d'altitude pour nous en libérer et trouver une meilleure trajectoire. Changer de niveau de compréhension afin de dépasser nos peurs, afin de découvrir d'autres façons de penser et de se comporter, d'autres explications, d'autres manières de percevoir la cause et même le sens de ce qui nous arrive. Comprendre ce que nous avons à faire de notre passage sur Terre ». 
 
 
 
---------------------------------------------------------En savoir plus---------------------------------------------------------------------