menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Tourisme durable

Plus nature que les Parcs : les Réserves de Vie Sauvage

12 Octobre 2017 - Initiatives / Portrait / Préservation
Le 10 juin dernier, l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) inaugurait sa troisième Réserve de Vie Sauvage® en Bretagne, près de Lannion. Ces réserves, uniques en leur genre, ont été créées par l’association dans le but d’offrir à la faune et la flore de réels lieux sans intervention humaine, où la nature peut reprendre ses droits. Ici, pas de pêche, de chasse ou d’engins motorisés, contrairement aux parcs nationaux ou régionaux, ou encore aux réserves d’État. 
 
 
 
 
Réserve de Vie Sauvage du Trégor ©Céline Henandez
La Réserve de Vie Sauvage du Trégor ©Céline Henandez

 

 

Une association de défense de la vie sauvage

 
 
L’ASPAS est une ONG qui revendique son indépendance depuis toujours : elle ne vit que de dons d’origine privée, et ne reçoit aucune subvention de la part de l’Etat. Elle ne subit ainsi aucune pression et peut agir selon ses propres idéaux : la protection de la faune sauvage, la préservation du patrimoine naturel et la défense des droits des usagers de la nature. 
 
L’ASPAS propose régulièrement des campagnes visant à réintroduire et reconsidérer les animaux qualifiés de “nuisibles” (renards, loups…), interdire la chasse le dimanche, lutter contre les pollutions sonores ou chimiques, abolir la chasse des oiseaux migrateurs… Bref, elle cherche à permettre à la nature d’être respectée.
 
C’est dans cet objectif qu’au-delà de ses actions menées au quotidien, l’ASPAS a créé son propre observatoire, Espace, qui lui permet aujourd’hui de faire l’acquisition foncière de milieux naturels. En déposant le label Réserves de Vie Sauvage®, l’association peut concrétiser son désir de sauvegarder la nature et de la laisser s’épanouir sans l’intervention de l’homme.  
 
Le conservatoire de l’ASPAS s’intéresse aux terrains sauvages de toutes sortes, de préférence d’un fort intérêt ou d’un fort potentiel biologique tels que zones humides, forêts, falaises, landes, cols migratoires, etc. Chacun peut d’ailleurs aider à son échelle, en faisant part à l’association de l’existence de terrains qui pourraient convenir : chaque acquisition est précédée d’une étude de la part d’Espace.
 
 

Aujourd’hui trois réserves… demain, des dizaines ?

 
 
La première, celle du Grand Barry, a été créée en septembre 2012 : ce massif forestier d’un millier d’hectares, implanté au sud du Parc naturel régional du Vercors, n’est traversé par aucune route et on n’y croise presque aucune habitation. Comme les autres Réserves de Vie Sauvage®, seule la balade à pied y est autorisée, et toute activité néfaste à la nature (chasse, engins motorisés…) y est interdite.
 
 
 
La Réserve de Vie Sauvage du Grand Barry ©Remi Collange
La Réserve de Vie Sauvage du Grand Barry ©Remi Collange

 

 
 
La seconde Réserve se situe également dans la Drôme : la RVS des Deux Lacs se trouve au confluent du canal du Rhône et du Vieux Rhône. Il s’agit d’une zone assez humide, où le canotage est devenu prohibé afin de permettre à la nature de se diversifier et s’enrichir.
 
Enfin, juin 2017 a permis de célébrer l’ouverture d’une nouvelle Réserve de Vie Sauvage®, située dans les Côtes d’Armor et baptisée RVS du Trégor : il s’agit d’une propriété de 60 hectares de forêt et de taillis, qui va désormais pouvoir évoluer sans l’intervention humaine. L’acteur et réalisateur Jacques Perrin, parrain officiel de l’observatoire Espace, était venu pour l’inauguration de cette nouvelle réserve, qu’il a qualifiée d’initiative créée “pour le bien commun”.
  
En encourageant le principe de la non-intervention, l’ASPAS permet à la nature de recouvrer ses droits – un fait qui peut sembler évident mais que l’on rencontre aujourd’hui si peu. 
Comme le précise Jacques Perrin : “Chaque fois que nous avons su offrir à la nature un espace de liberté, elle s’est de nouveau épanouie dans toute son exubérance et sa diversité. La nature se débrouille très bien toute seule, elle n’a nul besoin que nous l’entretenions”.
 
Avis donc aux randonneurs et voyageurs respectueux que nous sommes : il existe désormais des espaces où l’homme doit se faire petit et discret face à Mère Nature.
 
 
 
 
 
La Réserve de Vie Sauvage des Deux Lacs ©Remi Collange
La Réserve de Vie Sauvage des Deux Lacs ©Remi Collange