Tourisme durable

À pied autour de Hong-Kong

28 Décembre 2018 - Culture / Découverte

Le dimanche, les Hongkongais aiment prendre une bouffée d’air pur. Ils le peuvent, car aussi invraisemblable que cela puisse paraître, 70 % du territoire est capitonné de forêts luxuriantes. En bus, ils quittent la ville grouillante pour aller randonner équipés du matériel dernier cri.

 

 

hong_kong_dos_dragon
Randonnée sur le sentier nommé Dos du dragon ©Virginie Suères

 

 

Beaucoup d'habitants choisissent d’arpenter le Hong Kong Trail, un parcours de 50 km d’est en ouest composés de 8 sections au relief tourmenté. La numéro 8 est nommée Dragon’s back (dos du dragon) et on comprend pourquoi dès que le sentier au sortir de la forêt emprunte une crête qui ondule au-dessus de la mer de Chine. Au loin, on découvre la péninsule de Shek O encore sauvage, plus loin encore des îles inhabitées. Difficile de croire qu’à 20 minutes de là, une mégapole n’en finit pas de compter ses buildings. Notre guide Roy précise :

 

« Le monde entier pense que Hong Kong n’est qu’un centre d’affaires affublé de gigantesques centres commerciaux, mais nous aimons la nature et la protégeons. Il est par exemple interdit de chasser et même de couper un seul arbre sur tout le territoire ! »

Le chemin dégringole jusqu’à la mer pour s’achever à Big Wave Bay, une plage de surf où l’on tâte les meilleures vagues de l’île.

« Tous les dimanches entre octobre et avril, je viens avec mes deux garçons, lance un Français en train d’enduire sa planche de “wax”. Je travaille à BNP PARIBAS, alors ici c’est mon coin de liberté. »

 

Comme quoi Hong Kong peut aussi avoir des airs d’Hawaï.

 

 

hong_kong_high_island_reservoir
Chemin de 100 kilomètres, connu sous le nom de MacLehose Trail, contourne le High Island Reservoir ©Virginie Suères

 

 

 

 

 

Dans les pas du gouverneur

 

Pour trouver toujours plus vert, il faut se rendre dans les Nouveaux Territoires, au nord de la péninsule de Kowloon. Nouveaux, ils l’étaient en 1898 quand les Britanniques se sentant à l’étroit sur l’île de Hong Kong qu’ils avaient colonisée en 1842, les ont ravis aux Chinois au terme d’un ultime conflit. Comme le reste de la « région administrative spéciale », ils ont été rendus à la Chine en 1997.

 

À seulement 40 kilomètres au nord-est de la ville, la forêt tropicale se déploie de colline en colline jusqu’au plus près du rivage. Gloire à Sir Murray MacLehose, ancien gouverneur de Hong-Kong (1971-1982) et fou de randonnée, qui, en reliant tous les sentiers existants au XIXème siècle dans cette zone, en a fait un chemin de 100 kilomètres connu aujourd’hui sous le nom de MacLehose Trail. La section 1 sur la péninsule de Sai Kung contourne le High Island Reservoir et permet d’admirer au gré de la balade les arabesques de son pourtour.

 

Dans les années 1970, les autorités soucieuses de ne plus dépendre de la Chine pour leur approvisionnement en eau douce ont fermé une baie née d’un volcan en construisant deux barrages directement sur la côte. Une fois vidée de son eau de mer, elle était prête pour recevoir 273 millions de m3 d’eau provenant des rivières. Afin de garantir la solidité des édifices soumis aux incessants assauts des vagues, des milliers de brise-lames de béton en forme de tétrapodes ont été empilés aux avant-postes. Veilleurs inépuisables, ils côtoient l’îlot de Po Pin Chau à l’extraordinaire falaise constituée d’orgues basaltiques. Abrité sous un grand parapluie pour surtout ne pas risquer de bronzer, car cela manquerait de classe, un couple venu de Shanghai ne se lasse pas du spectacle.

 

Pour découvrir les circuits de randonnée, allez sur :

http://www.discoverhongkong.com/

 

 

hong_kong_couple
Un couple de Hongkongais profite du dimanche pour marcher sur les sentiers très balisés du MacLehose ©Virginie Suères

 

 

------------------------------------------------------ Sur le même thème ----------------------------------------------------------
 

Singapour, ville durable


Édimbourg, zoom sur une ville durable


Zoom sur une ville qui s'engage : Sydney