menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Tourisme durable

Misool Eco Resort, vers un écotourisme sous-marin

21 Juillet 2017 - Actualité / Hébergement / Initiatives / Préservation

Depuis son archipel perdu en Indonésie, l’équipe de Misool agit avec les populations locales pour la protection d’un écosystème maritime fragile, tout en offrant aux voyageurs une expérience extraordinaire. Misool Eco Resort a reçu les 26 et 27 avril derniers à Bangkok le Tourism for Tomorrow Award dans la catégorie « Environnement ». Cette haute distinction internationale récompense les meilleurs projets de tourisme responsable visant à protéger l’environnement : biodiversité, conservation, ressources, changement climatique.

 
©Misool Eco Resort
©Misool Eco Resort

 

 
 

Raja Ampat, numéro 1 de la biodiversité marine mondiale

 
Pas facile de s’y retrouver au milieu des 17 000 îles formant l’Indonésie. Loin des classiques Java, Bali et Lombok, Raja Ampat est un archipel isolé à l’extrême Est de l’Indonésie, en Papouasie occidentale. Cette région située au cœur du « Triangle de Corail » de la zone Indo-Pacifique abrite parmi les plus beaux récifs coralliens du monde.
 
 
 
 
©Misool Eco Resort
©Misool Eco Resort

 

 
L’archipel des Raja Ampat est réputé pour sa beauté et sa biodiversité : lagons turquoise, formations karstiques, mangroves, forêts primaires et pas moins de 1500 espèces de poissons recensées dans ses eaux. 
 
Difficiles d’accès, les Raja Ampat furent longtemps réservées aux seuls amateurs de plongée et ont pour l’instant été préservées du tourisme de masse. Mais les menaces sur cet écosystème fragile sont graves. La pêche à la dynamite détruit de nombreux coraux. La surpêche et le braconnage d’ailerons de requins, de poissons napoléons ou de raies mantas déstabilisent l’écosystème. Aujourd’hui c’est tout un équilibre qui est en danger.
 
 
 

Misool Eco Resort au service d’un projet de conservation

 
 
 
En 2005, le projet Misool voit le jour grâce à un couple passionné de plongée et soucieux de protéger cet environnent unique. Choqués par le nombre de requins et de raies mantas retrouvés morts dans les environs, Andrew et Marit Miners choisissent l’île de Batbitim, au sud de l’archipel, pour réaliser leur rêve : créer une réserve marine protégée de 425 km2 autour du site. C’est ici que Misool Eco Resort verra le jour.
 
 
 
 
Raie manta ©Shawn Heinrichs
Raie manta ©Shawn Heinrichs

 

 

 
Toute pêche illégale de poissons d'aquarium, requins, raies mantas et tortues est interdite dans cette zone protégée, préservant ainsi une des plus riches biodiversités marines au monde. En 2010, la zone de « no-take » s’agrandit et s’étend sur plus de 100 000 km2 autour du site. 
 
La même année, avec le soutien d’ONG internationales, Misool a lancé une pétition poussant le gouvernement à déclarer toute la région des Raja Ampat sanctuaire des requins et des raies mantas !
 
 
 
 
Garde côtier sur l'île de Misool ©Shawn Heinrichs
Garde côtier des Raja Ampat ©Shawn Heinrichs

 

 

Un hébergement éco-responsable exemplaire

 
 
 
Il a fallu deux ans et demi pour bâtir le resort. Entièrement réalisé à partir de bois de récupération collecté sur les îles environnantes - bois flotté et bois mort. La construction n’a nécessité aucune coupe d'arbre. Les murs des bungalows ont été construits avec de la fibre de noix de coco, excellent isolant protégeant ainsi de la chaleur. Les eaux usées sont filtrées par un système naturel avant d’être réutilisées sur le site. Les déchets sont recyclés sur place, le plastique est réduit au maximum, les produits d’hygiène et cosmétiques sont entièrement naturels.
 
 
 
 
 
©Misool Eco Resort
©Misool Eco Resort

 

 
 
 
Avec ses 8 bungalows sur pilotis face au lagon et ses 11 villas cachées dans d’autres coins de l’île, le site ne peut accueillir plus de 40 personnes en même temps. Sur le montant de chaque séjour, 50 dollars sont reversés automatiquement à la fondation Misool.
 
 
 
 
 
Requins de récifs ©Shawn Heinrichs
Requins de récifs ©Shawn Heinrichs

 

 
 

L’implication de la communauté locale pour la protection marine

 
 
 
Une équipe de 165 personnes travaillent à Misool dont 15 rangers qui patrouillent 24h/24h en coopération avec la police maritime. A l’intérieur de la zone préservée, la surveillance est renforcée par des radars et des drones. L’objectif premier de Misool : impliquer les populations dans la gestion des ressources naturelles dont dépend leur subsistance. Le but est qu’une espèce vivante rapporte plus à l’économie locale qu’une espèce morte.
 
 
 
 
Les rangers ©Shawn Heinrichs
Les rangers de Misool

 

 
 
 
Le cercle vertueux fonctionne. La communauté locale est convaincue de l’importance de préserver l’écosystème et les fonds marins car elle profite de cette activité touristique durable. Les résultats sont positifs. Dans la zone de « no-take », la pêche illégale a baissé de 86 % et le nombre d’espèces a augmenté en 6 ans de 250 %, dans certains endroits de plus de 600 %.
 
 
 
 
 
Fonds marins ©Shawn Heinrichs

 

 
 
 
Opter pour un hébergement responsable comme Misool Eco Resort encourage les autres structures à changer de politique pour continuer à attirer des visiteurs
 
Tout repose donc sur les choix individuels des voyageurs : chacun participe au changement !
 
 
Retrouvez tous les lauréats des Tourism for Tomorrow Awards 2017 sur le site : https://www.wttc.org/tourism-for-tomorrow-awards/winners-and-finalists-2017/
 
 
-----------------------------------------------------------  En savoir plus  ----------------------------------------------------------
 
Misool Eco Resort : https://www.misool.info/