Tourisme durable

Lutte environnementale : naissance d'une Internationale des peuples indigènes

15 Mars 2017 - Actualité / Entretien / Portrait / Préservation / Evénement
Du 20 au 25 juin prochain se tiendra au Brésil la première Assemblée des Gardiens de Mère Nature. Réunissant plusieurs dizaines de représentants des peuples autochtones venus des 5 continents, elle constituera la première étape d’une action collective de sensibilisation destinée à préserver la planète pour les générations futures. Nous avons rencontré Gerd Peter Bruch, leur relais en Europe.     
Les fondateurs de l'Alliance reçus à l'Elysée

 

 
TV5MONDE : Comment vous êtes-vous retrouvé à vous investir autant au service de la cause amazonienne ?
 
 
Gerd Peter Bruch : Réalisateur audiovisuel, j’ai suivi en 1989 la tournée de Sting venu défendre l’Amazonie et ai ensuite organisé plusieurs expositions sur le sujet qui m’ont fait prendre conscience de l’étendue du problème. Je suis alors devenu un fervent défenseur de la cause amazonienne. Lorsque le chef Raoni s’est élevé contre la construction du barrage de Bello Monte au Brésil, en 2012, et que le président Sarkozy qui devait le recevoir s’est décommandé au dernier moment, nous avons compris que la voie officielle ne suffirait pas et avons créé l’association Planète Amazone pour relayer le message de ces défenseurs de la planète et leur venir en aide.
Du 20 au 25 juin prochain doit donc se tenir la première assemblée des Gardiens de Mère Nature. Une Alliance qui a vu le jour à… l’Elysée !
 
Cette Alliance, le chef Raoni en rêvait depuis longtemps. En 2012, il m’a contacté à ce sujet et nous en avons beaucoup parlé. Nous avons d’abord mis en place le « SOS Tour » en Europe au cours duquel il a rencontré de nombreux dirigeants dont le prince Albert de Monaco. Fort d’une petite médiatisation, nous avons alors contacté d’autres chefs indigènes et les avons convaincus de se joindre à nous lors de la COP 21 pour créer l’Alliance. Malheureusement, les attentats du 13 novembre en ont découragé beaucoup. Une soixantaine de personnes sont néanmoins venues, auxquelles se sont joints quelques grands noms de la lutte environnementale comme Paul Watson.
 
Nous avons donc tenu notre assemblée constituante, avons retravaillé les principes fondateurs de l’Alliance et officialisé le résultat en le donnant au président François Hollande qui nous a reçus à l’Elysée, puis à Ban Ki-Moon. Cela a relancé l’intérêt porté à notre mouvement et l’idée d’un grand rassemblement a ressurgi. Mais encore fallait-il pour l’organiser des moyens financiers. D’où la campagne de crowdfunding menée l’été dernier. Les gens y ont répondu en masse et nous avons récolté plus de 200 000 € ! De quoi prendre en charge et faire converger 50 personnes du monde entier vers le Brésil en juin prochain. Une cinquantaine de leaders plus une cinquantaine d’accompagnants, sans oublier de très nombreux Sud-Américains, ce continent accueillant le plus grand nombre de peuples indigènes.
 
 

 

Gerd Bruch et le chef Raoni, invités de TV5MONDE
 
 
 
TV5 : 200 000 €, est-ce davantage que vous n’escomptiez ?
 
GPB : Plus du double. En dépit des congés, il s’est créé un engouement incroyable autour des vidéos de Nicolas Hulot, Hugues Aufrey, Bernard Lavilliers, Paul Watson et Pierre Richard dont l’appel, par exemple, a été visionné plus de 2 millions de fois ! Ce large soutien populaire nous a vraiment fait chaud au cœur.
 
 
TV5 : Quel genre de propositions fonde l’Alliance ?
 
GPB : Des propositions réalistes. Nous avons commencé par répertorier les règles existantes - enfin, théoriquement - et qui ne sont pas respectées. Dans un second temps, nous proposons la sanctuarisation des forêts encore habitées et il existe également un volet reforestation essentiel ainsi qu’une partie sur la protection des océans, urgentissime.
 
 
TV5 : Où se tiendra cette première Assemblée des Gardiens de Mère Nature et quel est son but premier ?
 
GPB : Dans un village kayapo de l’Etat du Mato Grosso, au Brésil, le but étant de créer une internationale des Gardiens de Mère Nature et de fonder juridiquement cette Alliance puis de mettre au point son fonctionnement, élaborer les premiers projets, définir les moyens et les équipes mis en œuvre, etc.
 
 
TV5 : N’était-il pas question également d’un film ?
 
GPB : Si. Il couvre 4 ans de mobilisation autour du combat amazonien, en explique les tenants et aboutissants et sera achevé en avril. Nous espérons pouvoir le projeter au Festival de Cannes.
 
 
 
Le premier sommet de l'Alliance aura lieu du 20 au 25 juin prochain

 

 

TV5 : Qu’espérez-vous de ce premier rassemblement de l’Alliance ?
 
GPB : Réunir tous ces gens sera déjà une victoire formidable. Les faire se rencontrer, découvrir les uns les autres (on souhaite que chaque communauté soit accompagnée d’un petit film de présentation). On est au tout début d’une grande aventure, espère-t-on. Mais il est déjà capital que les gens sachent que quelque chose est en train de se mettre en place pour les générations futures. Car nous savons tous que le combat ne sera gagné qu’avec le soutien du plus grand nombre ; le véritable enjeu étant de faire de chacun de nous un Gardien de Mère Nature. Or, il suffit pour cela d’évoluer un tout petit peu dans son comportement quotidien et d’agir, concrètement, à son échelle.