Tourisme durable

La renaissance de Johannesbourg

03 Septembre 2018 - Culture / Découverte
Dans le Central Business District, abandonné par les Blancs, des artistes ont investi les immeubles abandonnés pour créer des ateliers et des galeries d'art. Cette jeunesse n'a pas connu l’apartheid et se sent libre de tenter sa chance comme les pionniers des premiers temps. Ici la ville est en train de se refaire. 
Ce qui frappe la première fois qu’on arrive à Johannesbourg, c'est la ressemblance avec l'Amérique. L'aéroport est ultra moderne et les autoroutes déroulent leur ruban de bitume jusqu'à la ville. Surprise ! Des terrils apparaissent. Ce sont les excavations des gisements d’or aujourd’hui épuisés. Car, à l’origine de Johannesbourg, il y a l'or.

 
 
Le petit matin pointe au-dessus de Park Station ©J.Suyker
Le petit matin pointe au-dessus de Park Station ©J.Suyker
 
 
 
Et la ville est née en 1886, de la découverte de ce filon aurifère. Johannesbourg est devenue un Eldorado, elle est le poumon du pays. Soweto, le plus célèbre des townships de Johannesbourg, s’étale à perte de vue au sud-ouest de la ville. Son nom évoque la misère et la violence. Pourtant, loin des clichés, tourisme et classes moyennes viennent dynamiser ce lieu mythique de la lutte anti-Apartheid. 
 
 
Le musée de l'Apartheid est centré sur la ségrégation entre 1948 et son abolition en 1994 ©J.Suyker
Le musée de l'Apartheid est centré sur la ségrégation entre 1948 et son abolition en 1994 ©J.Suyker
 

Artistes à gogo

 
 
Vue de la rue, August House n’est pas franchement accueillante. Cette tour défraîchie du Central Business District accueille depuis quelques années des artistes sud-africains. Ils sont une cinquantaine répartis en ateliers sur la vingtaine d’étages que compte le bâtiment. Les artistes peuvent payer leur loyer comme ça les arrange, le propriétaire accepte aussi les œuvres d’art.


 
Ils font partie de la nouvelle d'artistes "Born free" qui sont nés après l'abolition de l'Apartheid ©J.Suyker
Ils font partie de la nouvelle d'artistes "Born free" qui sont nés après l'abolition de l'Apartheid ©J.Suyker
 
 
 
Le quartier de Newtown a été le premier à jouer un rôle culturel important à Johannesbourg à la fin de l’apartheid. Cette ancienne zone industrielle accueille des artistes venus des quatre coins du pays. Zwelethu Machepha et Lehlogonolo Mashaba font partie de cette nouvelle vague d’artistes « born free » (nés libres) qui font bouger les lignes en Afrique du Sud. On peut compter sur cette jeunesse pour établir des passerelles à l'intérieur au sein de cette société encore très clivée.
 
 
 
Ces jeunes artistes font bouger les lignes en Afrique du Sud ©J.Suyker
Ces jeunes artistes font bouger les lignes en Afrique du Sud ©J.Suyker