Tourisme durable

La Macédoine, un joyau méconnu des Balkans - le Parc de Mavrovo

30 Novembre 2017 - Découverte / Hébergement / Portrait / Récit
C’est au cours de l’été 2016 que j’ai à nouveau eu l’occasion de passer du temps en Macédoine, après un premier voyage au printemps 2014 qui fut l’occasion de découvrir la région du lac Ohrid où réside Ilina Arsova. Partie cette fois en voiture depuis la Grave dans le massif des Ecrins, c’est après avoir traversé la Slovénie, la Croatie, le Monténégro et l’Albanie que je suis arrivée dans le pays, après un beau périple à travers toutes ces contrées. Une grande partie du territoire est recouverte de montagnes et de vastes forêts. C’est depuis le village de Debar qui sépare l’Albanie de la Macédoine que je remonte sur des routes bien cabossées vers le Parc National de Mavrovo.
 

 

 

Le Parc National de Mavrovo en Macédoine
Le Parc National de Mavrovo en Macédoine

 

 

Ski Hut Gorica, camp de base idéal pour des activités de plein air

 
 
J’y suis chaleureusement accueillie par Dimitar Popov, un des amis d’Ilina. Le parcours de ce jeune homme plein de vie fait un peu penser à celui de sa compatriote : comme elle, il a choisi d’ouvrir une maison d’hôtes depuis le début de l’hiver dernier, de faire découvrir sa région à des gens de son propre pays et des quatre coins du monde et de promouvoir une forme durable de tourisme, respectueuse de l’environnement. 

Formateur d’escalade, il a laissé derrière lui une vie stressante à la capitale Skopje et a investi toutes ses économies dans la rénovation d’une maison sur les hauteurs de Mavrovi Anovi. Comme à Ohrid, le décor est aussi celui d’un lac, mais artificiel cette fois-ci, entouré de denses forêts de feuillus et de conifères.

Ski Hut Gorica est un camp de base idéal pour toutes sortes d’activités de plein air selon les saisons : ski de randonnée l’hiver et le printemps, randonnée, escalade et parapente le reste de l’année.
 
 
 
Dimitar Popov, un mélange de force et de gentillesse
Dimitar Popov, un mélange de force et de gentillesse
 

 

 
 
La journée s’annonce chaude en ce début du mois d’août. La terrasse surplombant le lac, construite par Dimitar, est encore à l’ombre. Nous prenons le temps de démarrer la journée en sirotant un bon café turc. Dimitar est intarissable sur la faune et la flore de Mavrovo.

Avec un enthousiasme non dissimulé, il me montre ses diverses récoltes de champignons et de baies sauvages de ces derniers mois, qu’il a précieusement mis en bocaux. Après concertation, nous décidons d’aller explorer une grotte dans le parc qui a été équipée avec quelques voies d’escalade, notamment par Dimitar lui-même.
 
 
 
 
Mavrovo pourrait être un endroit idéal pour le développement de l’escalade.
Mavrovo pourrait être un endroit idéal pour le développement de l’escalade.
 

 

 

Faire progresser le respect de l'environnement

 
 
Le sentier est raide pour y monter mais après s’être élevés de quelques dizaines de mètres, nous découvrons une immense grotte qui surplombe la gorge traversée par la route. Il y fait bon et nous nous équipons pour grimper. Seuls les bruits de la rivière et de la forêt parviennent jusqu’à nous. Au bout de quelques heures d’efforts sur un beau rocher, nous décidons de redescendre. 
 
Au moment où nous atteignons la route, quelle est notre stupéfaction de voir une voiture s’arrêter et balancer un énorme sac poubelle en pleine nature ! Cela met Dimitar hors de lui : il s’élance vers la voiture et se charge vite de redonner les déchets à leurs propriétaires. D’une façon générale, la question des déchets constitue un problème majeur dans le pays. 
 
Il est malheureusement assez fréquent de voir ce genre de situation. Une conscience de l’environnement doit être mise en place à l’échelle nationale. C’est l’un des objectifs principaux de Dimitar : au moins à l’échelle du Parc National de Mavrovo, il travaille avec la direction de ce dernier à diverses initiatives et campagnes qui pourraient faire évoluer cette question dans le bon sens.
 

 

L’ascension vers le Golem Krcin dans une lumière magnifique
L’ascension vers le Golem Krcin dans une lumière magnifique
 

 

 

Les forêts, paradis des animaux sauvages

 
 
Le beau temps a décidé de durer sur la Macédoine et l’ensemble des Balkans. En été, le pays bénéficie d’un climat méditerranéen très ensoleillé avec des températures chaudes, ce qui n’exclut pas des orages réguliers. L’amplitude des températures est très importante puisque, si le pays peut connaître -20° en hiver, il peut y faire 40° en été.

À l’inverse de notre session d’escalade, nous décidons d’attendre la deuxième partie d’après-midi pour gravir les 1200 mètres de dénivelé depuis les environs du village de Jance jusqu’au sommet du Golem Krcin qui s’élève à 2341 mètres d’altitude. Dans les parties basses, nous évoluons au milieu de nombreuses espèces d’arbres, dont des hêtres et des châtaigniers, puis viennent les pins et sapins.

Les forêts couvrent près de 40% de l’ensemble du territoire. Elles abritent de nombreux animaux sauvages, comme le cerf, la martre et le sanglier mais aussi chamois, bouquetins, lynx et ours. La lumière de fin de journée est rasante et splendide, nous sommes seuls dans ces immensités sauvages.

 
 
 
Dimitar & sa compagne Cosima sur les hauts plateaux de Bistra, avec en toile de fond la chaîne du Golem Korab.
Dimitar & sa compagne Cosima sur les hauts plateaux de Bistra, avec en toile de fond la chaîne du Golem Korab.
 

 

 
Au bout d’un peu plus de trois heures de montée régulière, nous atteignons enfin le sommet du Golem Krcin. Un panorama immense s’offre à nous : le mont Korab d’un côté, point culminant de Macédoine avec ses 2764 mètres et la plaine du fleuve Drin en Albanie. Dimitar saute d’un rocher à l’autre, toujours autant émerveillé par les beautés de sa région et heureux de faire partager ces moments magiques. Son dynamisme est contagieux.
 
 

Avec un grand sourire, il me parle de ses futurs projets, pour sa maison, pour son pays. Nous redescendons dans une lumière pastel de fin de journée, puis vient la nuit dans les bois de Mavrovo. C’est avec les frontales, dans une atmosphère onirique, attentifs aux bruits de la forêt, que nous achevons notre randonnée. C’est le mieux que nous pouvons souhaiter à ces lieux, connaître une évolution à l’image des initiatives de ce jeune homme.

 
 
 
Architecture traditionnelle du petit village de Jance dans l’ouest du pays
Architecture traditionnelle du petit village de Jance dans l’ouest du pays

 

 
 
Vous pouvez retrouver leur maison Ski Hut Gorica sur Facebook : https://www.facebook.com/IKARHut/
 
 
Bon futur voyage en Macédoine !