Tourisme durable

Éthiopie, retour aux sources

13 Septembre 2018 - Culture / Découverte / Patrimoine
Il y a tout en Éthiopie et rien comme ailleurs. Son histoire d’une extrême richesse, la force de ses religions, la diversité de sa population, de ses langues. Mais aussi son calendrier à part, son café corsé, sa musique aussi unique que son alphabet, sa topographie étonnante, sa biodiversité extraordinaire… Un voyage initiatique en Ethiopie s’impose, mais par où commencer ?
 
Gondar ©Flikr CC – Nancy Carels
Gondar ©Flikr CC – Nancy Carels


 

Comment décrire un pays si riche ? Deuxième plus vieil État chrétien au monde après l’Arménie, l’Éthiopie, ancienne Abyssinie, est souvent considérée comme le berceau de l’humanité. Premiers pas sur une terre de contrastes.
 

La route historique d’Abyssinie

 
Cette route s’étend sur plus de 3 000 kilomètres autour des sites d’intérêts du Nord de l’Éthiopie, la plupart classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Tout commence à Axoum, capitale légendaire du royaume de la reine de Saba, de son fils Menelik 1er et de l’Empire axoumite qui rayonna plus de 1000 ans. On y vient pour contempler son champ de stèles, sortes d’obélisques marquant l’emplacement des tombeaux des souverains de l’empire.

 
 
Dans les rues d’Axoum ©Flikr CC – Nancy Carels
Dans les rues d’Axoum ©Flikr CC – Nancy Carels
 
 
Cap au sud, à la recherche des onze églises rupestres de Lalibela, surnommée la « Nouvelle Jérusalem ». Vestiges uniques de l’Éthiopie du XIIème siècle, ces monuments impressionnants creusés à même la roche sont encore un mystère aujourd’hui et toujours un haut lieu saint pour les chrétiens d’Éthiopie. Biete Medhani Alem, « la maison du sauveur du monde » avec ses cinq nefs, est considérée comme la plus vaste église monolithique au monde.
 

 
Eglise Saint-Georges, Lalibela ©Flikr CC – Nancy Carels
Eglise Saint-Georges, Lalibela ©Flikr CC – Nancy Carels
 
 

Plus à l’ouest, au bord du lac Tana, reconnu Réserve de biosphère par l’UNESCO en 2015, la ville de Baher Dar accueille les voyageurs dans son atmosphère tropicale. Au programme : monastères centenaires et Nil Bleu, Tis Abay en amharique. Les chutes d’eau du Nil Bleu se révèlent hypnotiques tôt le matin quand l’arc-en-ciel apparaît dans le soleil.
 
Un peu plus au nord, Gondar abrite des vestiges de palais impériaux et d’églises. Fasil Ghebi, la cité impériale construite au XVIIème siècle par le roi Fasiladas est un ensemble architectural impressionnant, dont la construction a évolué au fil des siècles et des souverains. En janvier, pour célébrer la grande fête de Timkat, le baptême du Christ, rendez-vous aux bains royaux de Fasiladas où une foule de pèlerins se réunit et se jette à l’eau.

 
 
Bains de Fasiladas pendant le Timkat ©Yann Arthus-Bertrand
Bains de Fasiladas pendant le Timkat ©Yann Arthus-Bertrand
 

À la rencontre des babouins Gelada et du loup du Simien

 
Depuis Gondar, quelques heures de route suffisent pour rejoindre le Parc National du Simien. En chemin, Befikir kossoye Ecology Lodge offre une pause revigorante en pleine nature. Sans compter que son propriétaire a décidé de préserver ce coin de paradis en replantant des arbres de tous les côtés. Le massif du Simien s’étend sous vos yeux.
 
 
Paysages époustouflants de plateaux, canyons et pitons rocheux qui rappellent les grands espaces de l’Ouest américain, les contrées himalayennes chinoises, un bout de Pérou ou d’Afrique du Sud par ci par là. Refuge de différentes espèces menacées, comme le loup d’Abyssinie, Canis simensis, et les fameux babouins Gelada, le Simien abrite également le plus haut sommet du pays : le mont Ras Dashen, qui culmine à 4 543 mètres. Les amateurs de trek s’aventurent depuis déjà plusieurs années sur les chemins du Simien, certains allant même jusqu’à tenter l’ascension du Ras Dashen.
 
 
 
Parc National du Simien ©Flikr CC – Nancy Carels
Parc National du Simien ©Flikr CC – Nancy Carels
 

Sur les traces de Wilfred Thesigher

 
Pour se plonger dans l’Éthiopie depuis chez soi, quoi de mieux qu’un fantastique récit d’aventure du début du XXème siècle. Dans une biographie inédite, Christophe Migeon nous fait découvrir l’explorateur britannique Wilfred Thesiger, dont la vie se lit comme un roman épique. Né en 1910 en Éthiopie, ce fils de diplomate a eu le temps durant son enfance de se lier pour toujours à cette terre éthiopienne et à ses tribus nomades.
 
 
Il revient plus tard découvrir le désert du Danakil, habité par les nomades Afars, parcourir les monts du Sud de l’Éthiopie jusqu’au Sud-Soudan et au Tchad. Au fil des pages, ses aventures deviennent de plus en plus savoureuses, ses contradictions de plus en plus naturelles et on s’attache à ce personnage bel et bien décidé à consacrer sa vie à sauver la mémoire des peuples nomades de l’oubli.
 
 
 
Tanta, Ethiopie, 1960 ©Wilfred Thesiger
Tanta, Ethiopie, 1960 ©Wilfred Thesiger
 
 
Conseil de lecture : 
 
Christophe Migeon, Wilfred Thesiger, Gentleman barbare, Paulsen, 2017
 
 
--------------------------------------------------------------- À lire aussi ----------------------------------------------------------------