menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES
Tourisme durable

Benjamin Bréhin, Business Angel engagé

19 Septembre 2016 - Actualité / Entretien / Initiatives / Innovation / Portrait

Alors qu’il est encore étudiant, Benjamin Bréhin connait le succès grâce à une idée innovante qui lui permet de monter son entreprise puis de disposer d’un capital de financement. Le virus de l’innovation est pris. Celui de l’entreprenariat aussi. Aujourd’hui délégué général de France Angels, Fédération Nationale des Business Angels, le jeune homme accompagne et soutient financièrement des projets innovants auquel il croit.

 

 

Benjamin Bréhin @DR

 

Ces investisseurs providentiels que l’on connait si peu…

 

Mystérieux, mythifié, le Business Angel emporte avec lui une grande part de nos fantasmes et de notre ignorance. Car au fond, si le terme semble familier, ce qu’il recouvre reste encore sujet à bien des amalgames et des imprécisions. Alors concrètement, un Business Angel est un investisseur providentiel qui décide de soutenir financièrement une entreprise dont le projet lui semble innovant. Certes, les profils et les histoires de chacun sont uniques. Toutefois, il existe à présent des réseaux qui rassemblent ces hommes et ces femmes. Benjamin Bréhin est l’un d’entre eux, et son parcours est d’autant plus intéressant qu’il allie une success story à un engagement fort. La success story, c’est la bonne idée au bon moment, en l’occurrence pour Benjamin, la création alors qu’il est encore étudiant en école de commerce à l’ESCEM d’une carte postale avec un DVD de 8 cm clipsé à l’intérieur, qui permet de visionner une centaine de photos bien au-delà donc de la simple carte postale classique. Nous sommes en 2006. Benjamin crée son entreprise, développe un partenariat avec la Poste, et revend finalement son idée, ce qui lui permet de récupérer un capital…

 

France Angels : les Business Angels en réseau…

 

Une année mexicaine à multiplier les projets plus tard, Benjamin Bréhin continue à bouillonner d’idées et décide alors de rejoindre France Angels, la Fédération Nationale des Business Angels, dont il devient délégué général en 2015. Composé de 76 réseaux et 4 500 personnes réparties dans toute la France, France Angels a été créé en 2001 avec pour objectif de fédérer des investisseurs qui, en réseau, seront moins isolés face à la prise de risque et pourront ainsi mettre en commun leur argent, mais aussi, leurs compétences. Une multiplicité de regards pour mieux évaluer les risques, mieux accompagner aussi les jeunes entreprises innovantes qui se lancent. Benjamin Bréhin : « Lorsque l’on est plus nombreux, on est plus représentatifs et ainsi, on pèse plus face au législateur. Les Business Angels, lorsqu’ils se sont regroupés, avaient aussi besoin d’un cadre législatif plus clair. » Qu’ils soient purement géographiques, corporatistes (anciennes grandes écoles…) ou sectoriels, les réseaux de Business Angels que compte France Angels jouent un rôle fondamental pour l’économie française avec 386 nouvelles entreprises financées en 2015 pour un montant 41,2 millions d’euros. Benjamin Bréhin : « Depuis notre bureau, on voit tout ce qui se passe en France, on participe aussi à de nombreux salons. Il y a mille et un projets à réaliser en France. De l’envie, tout est possible. »

 

 

 

 

Et le tourisme… responsable ?

 

Peut-on alors espérer voir des Business Angels investir pour un tourisme plus responsable ? On sait combien le secteur manque de financement, combien la question des budgets limités est omniprésente… Pour l’heure, parmi les 76 réseaux existants, aucun n’est spécifiquement dédié au tourisme mais le projet est là, en cours de création, et Benjamin Bréhin en est justement l’une des clés de voute : « Le réseau tourisme est à peine amorcé mais je suis extrêmement motivé. Pour l’heure, je cherche à rassembler 6 à 7 investisseurs qui le coordonneraient et accepteraient d’être actifs. J’ai également contacté le Comité Bougainvillé (Fédération des Entrepreneurs et Investisseurs du Tourisme). Les choses bougent énormément dans le tourisme. De nombreuses start-up se montent. On sent une vraie envie d’innover. Nous nous devons d’être présents pour accompagner ce mouvement. » Toutefois, s’il n’existe pas de réseau dédié, certains projets en lien avec le tourisme ont été financés. La transversalité du secteur l’explique aussi. On peut ainsi comptabiliser une dizaine d’entreprises concernées. Parmi elles, Rendez-vous chez Vous, une plateforme collaborative de partage d’expériences uniques et authentiques en Région PACA, financée par le réseau des Business Angels de Provence. Il ne faut cependant pas croire que l’innovation se réduise aux nouvelles technologies, 25% seulement des projets financés sont concernés. Les autres partent de besoins réels ou de nouveaux usages. Benjamin : « L’économie sociale et solidaire est bien sûr présente dans l’esprit de tout un chacun, on est là pour amorcer quelque chose, développer des idées qui seront plus tard utiles à tous. Ensuite, il ne faut pas se voiler la face, on fait du business, on est là pour repérer la bonne idée et lui donner les moyens de se développer. Dommage toutefois que notre pays se soit tellement handicapé avec pléthore de normes, cela n’aide pas les entrepreneurs… »

Petit-fils d’entrepreneurs, Benjamin en sait quelque chose, qui a vu l’imprimerie créée par son grand père aux prises avec la concurrence. Trois générations et un petit fils au cœur de l’innovation ont su montrer qu’inventivité, souplesse et travail restaient des valeurs sûres et gages de durée…

                                                                    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus, consultez le dossier "Tourisme, Innovations et développement durable" réalisé en partenariat avec ATD (l'association des Acteurs du Tourisme Durable) et le cabinet ID-Tourism (Conseil en marketing, ingénierie et développement durable du tourisme). Il fait suite au colloque « Innover et entreprendre dans le tourisme » qu'organisait la DGE (Direction Générale des Entreprises) le mardi 7 juin à la Cité de la mode et du design.