Tourisme durable

Au nord, l'autre Pérou

25 Juillet 2018 - Culture / Découverte / Patrimoine
Loin du Machu Picchu, de Cuzco ou de Titicaca, le nord Pérou, à l'écart des routes touristiques, regorge de trésors archéologiques et de paysages grandioses. Toutes les bonnes raisons de filer au nord. 


Le voyage prend un petit air d’expédition lorsque, sur la place d’armes du village de San Bartolo, les bagages s’entassent sur les flancs complaisants de cinq mulets. C’est le grand départ ! Sur la route, on croise pêle-mêle des paysans aux mains calleuses, des cavaliers efflanqués au regard en lame de couteau, des ânes surexcités qui, à la vue de nos mules, braient à s’en décrocher la mâchoire... 

 

L'ancienne cité Chachapoya construite au Xème ©C.Migeon
L'ancienne cité Chachapoya construite au Xème ©C.Migeon


La cité des Chachapoyas

 
Après quelques bonnes suées et deux ou trois traversées de torrent plutôt scabreuses, les murailles de la forteresse de Kuelap surgissent au détour d’une crête. À plus de 3 000 mètres, cette cité chachapoya construite au Xème siècle essaime ses plateformes gigantesques sur 7 hectares. De curieuses maisons rondes, certaines décorées de frises d’yeux ou d’oiseaux, pleurent leurs locataires disparus.

 
 
Forteresse de Kuelap à 3000 mètres d'altitude ©C.Migeon
Forteresse de Kuelap à 3000 mètres d'altitude ©C.Migeon
 
 
Il semblerait qu’au XVIème siècle, peu après l’arrivée des conquistadors et leur cortège de maladies, les villages de la région, ravagés par la grippe et la variole, aient cherché à se venger des élites politiques et religieuses de Kuelap qu’ils tenaient responsables du carnage. Une centaine de squelettes d’enfants entassés sur les bords de la falaise laisse supposer un massacre de grande ampleur.
 
 
Depuis, la nature a repris ses droits. Des générations d’arbres insolents ont plongé leurs racines sous les dalles, sont entrées sans frapper dans les maisons, ont soulevé sans ménagement les moellons pour donner au site un petit air d’Angkor andin. 
 
 
 
Bergère à la quenouille dans la région de Cajamarca ©C.Migeon
Bergère à la quenouille dans la région de Cajamarca ©C.Migeon

 

Au bord du Pacifique

 
En cheminant au milieu des ruines bouleversées, on croise quelques lamas mal embouchés et on se prend à rêver de fraîcheur océane. Sur une côte livrée à la fougue du Pacifique où les occasions d’étendre sa serviette sont plutôt rares, les longues plages de la station balnéaire de Huanchaco sont les bienvenues.
 
 
Pour dompter les vagues, les surfeurs ont misé sur leurs planches de mousse polyuréthane tandis que les pêcheurs locaux leur préfèrent le roseau depuis bientôt 2000 ans. Les « caballitos de totora » (petits chevaux de roseaux) sont ces drôles d’embarcations à la proue effilée qui se chevauchent les jambes immergées de chaque côté. 
 
 
La station balnéaire de Huanchaco sur les bords du Pacifique ©C.Migeon
La station balnéaire de Huanchaco sur les bords du Pacifique ©C.Migeon
 
 
Pour quelques sols, un pêcheur vous prend en croupe pour un petit tour de la baie, histoire d’admirer « El muelle », un élégant quai de 100 mètres de long construit en 1891 qu’on ne serait pas surpris de retrouver sur les côtes de Nouvelle-Angleterre. De retour sur le plancher des lamas, les estomacs creusés par le bon air du large trouvent du réconfort sur le Malecon dans l’un des innombrables restaurants « pescados y mariscos ». 
 

 
--------------------------------------------------------------- À lire aussi ----------------------------------------------------------------