Tourisme durable

Anvers, l’avant-gardiste

03 Mai 2018 - Découverte / Patrimoine
Le deuxième plus grand port d'Europe ne brille pas sur la carte touristique de la Belgique, on lui préfère souvent Bruges ou Bruxelles. Pourtant cette ville décomplexée n'en finit pas d'étonner et de détonner. Visite d'une cité qui dépote. 

Le bâtiment qui brille comme un diamant sur le port, c'est la toute nouvelle Maison du Port. 
 

La maison du Port signée Zaha Hadid ©J.Suyker
La maison du Port signée Zaha Hadid ©J.Suyker

 

Elle a été inaugurée en septembre 2016 quelque mois après la mort subite de son architecte, Zaha Hadid, première femme, et première musulmane, à avoir reçu le prestigieux prix Pritzker en 2004, l’équivalent d’un Nobel.
 
Grâce à son audace, Anvers a ajouté une pièce de plus à sa collection de bâtiments contemporains qui dénotent et justifient à eux seuls une escapade anversoise. Descendant à pied le long du dock, on tombe assez vite sur le MAS (Museum Aan de Stroom – Musée au Fil de l’Eau).

 
 
Musée Aam de Stroom ©J.Suyker
Musée Aam de Stroom ©J.Suyker
 
 
 
La tour, parée de plaques rouges en pierre de sable venue d’Inde et de parois de verre ondulantes, ressemble à un empilement de conteneurs se reflétant dans le bassin Napoléon. En décalant chaque étage d’un quart de tour, l’architecte Willem Jan Neutelings a créé un élégant effet de spirale. D’escalator en escalator, on se passionne pour la riche histoire d’une ville ouverte en permanence sur le monde tout en profitant des vues tournées vers les quatre points cardinaux. Parvenus sur le toit-terrasse à 60 m de hauteur, on contemple Anvers, l’Escaut, le port, la campagne, en somme, ce plat pays qui est le nôtre pour un moment encore.
 
 
 
Escalator de bois menant au tunnel qui passe sous l'Escault ©J.Suyker
Escalator de bois menant au tunnel qui passe sous l'Escault ©J.Suyker
 

Diamond Square Mile

 
Trois rues : Rijfstraat, Schupstraat et Hoveniersstraat. Trois rues blafardes, limite déprimantes derrière la gare. Trois rues qui cachent bien leur jeu vu qu’elles forment le « diamond square mile », le quartier où 85 % des diamants bruts de la planète transitent et où 54 % des pierres taillées sont négociées. Une entrée étroite et banale. On sonne. Ce professeur Tournesol s’appelle Pieter Bombeke. Il est maître-tailleur de diamants, l’un des meilleurs et des plus créatifs du monde. Depuis ses débuts en 1967, il a eu le temps de parfaire sa science.
 
« J’ai vécu huit ans au Sri Lanka. Là-bas, j’ai cherché une voie plus personnelle. J’ai délaissé les tailles classiques, “brillant, émeraude, poire, radiant”... pour commencer à innover. »
 

 
Pieter Bombeke, un des meilleurs maître-tailleur de diamant ©J.Suyker
Pieter Bombeke, un des meilleurs maître-tailleur de diamant ©J.Suyke
 
 
Donnez-lui un diamant brut, il vous rendra un éblouissant « attrape-rêve », un scintillant « sceau de Salomon », un étincelant « moulin de la galette »… Étrangement ce créateur de lumière travaille dans un atelier aussi sombre qu’un caveau. À l’heure où les Indiens dominent le marché du diamant taillé, où Anvers s’affirme surtout comme un centre de négoce, Pieter Bombeke apparaît soudain beaucoup plus vieux que le professeur Tournesol.
 
 
Le bassin Napoléon à Anvers ©J.Suyker
Le bassin Napoléon à Anvers ©J.Suyker

 

 

Pour aller plus loin  :